AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | .
 

 ..:: Le trajet ::..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Ingénieur
Messages : 29
Date d'inscription : 10/05/2013
Localisation : In the shadows

Personnage
Âge: 43 ans
Métier: Ingénieur / Forgeron
Armes: Fusil à double canon
MessageSujet: ..:: Le trajet ::..   Ven 7 Juin - 0:13

[précédemment] Jill et Léo partirent pour retrouver ce garçon et lui restituer l'anneau. Comme l'avait annoncé le vieillard, c'était non loin d'ici. Sur cette colline où l'Aries était tombée, des débris éparpillés de part et d'autres du dirigeable, désormais inutilisable. C’était un lieu verdoyant avec quelques arbres et un ciel magnifique malgré la fumée qui s’élevait dans le ciel. Léo avait récupéré un vieil appareil photo et quelques lettres qui parlaient d’amour. La femme étendue auprès de l’Aries ne pouvait pas savoir qu’elle trouverait la mort. Sur une route sinueuse et rocailleuse, nos protagonistes avaient eu affaire à un homme vêtu de noir. Il avait questionné Léo mais Jill avait pris la parole, échangeant les rôles et embarrassant de plus en plus cet homme. Au final, nos aventuriers durent le tuer sous peine de recevoir un coup de couteau dans le cœur. Ainsi, ils avancèrent et trouvèrent une grotte un peu plus loin.

Ils entrèrent tous les deux et quelques rats grouillaient dans la pièce. Jill prit son bâton et faisait virevolter les rongeurs qui restèrent inertes à l’autre bout de la pièce. Quelques tonneaux étaient déposés au fond de la salle, Léo décida d’y jeter un coup d’œil. Il découvrit quelques boulons, des barbelés et des fils de fer. Jill examinait les environs et découvrit un passage menant vers une petite pièce éclairée. Les deux protagonistes décidèrent de se déplacer vers cette lueur et un corps ensanglanté était sur le sol. Un fantôme était rattaché au corps, surement l’âme du défunt qui n’arrive pas à s’échapper. Il était coincé dans cette pièce, ne pouvant aller rejoindre le paradis. C’est alors qu’il se mit à parler d’une voix fantomatique lorsque Léo s’approcha pour tenter de communiquer.

- Aidez-moi ! Aidez-moi …
- Oye ! Première fois que je vois un fantôme de mon vivant. Que faites-vous ici ? Pourquoi n’arrivez-vous pas à sortir de là ?
- Un homme m’a jeté un mauvais sort alors que je n’avais rien fait. Je suis dans un piteux état. J’ai besoin d’aide !
- Attendez, qui est cet homme ? Je peux peut-être faire quelque chose pour vous ?
- Oh oui ! Il se trouve dans une maison dans les plaines, à deux heures de marche. Demandez lui de me retirer ce sortilège, j’ai mal, je souffre !
- Entendu. Je vais voir ce que je peux faire pour libérer votre esprit tourmenté. Vous méritez mieux que ça. Savez vous pourquoi il s’en ai prit à vous ?
- Non. Je n’en sais rien. Mais faites vite !

L’esprit se tut. Léo regarda Jill, étonné et reprirent leur chemin. Sortant de la grotte, ils aperçurent quelques petites créatures qui tentaient de s’attaquer à nos deux aventuriers mais en vain. Ils ne savaient pas à qui ils avaient affaires. Une fois terminé, ils allèrent vers le sud en prenant un chemin différent que celui auquel ils étaient prédestinés à suivre, s’écartant de leur objectif pour tenter de sauver cette pauvre âme damnée. Cependant, après ces deux heures de marche, une maison blanche avec deux tombes étaient érigés juste à l’entrée. Était-ce pour faire fuir les curieux ? Tout était calme et silencieux. Le ciel était toujours teinté de ce bleu océan, quelques nuages blancs apparaissaient de ci, de-là. Frappant à la porte, Léo entendit un « entrez ! » et décida d’ouvrir la porte. Un homme vêtu d’une tenue blanche avec un petit ceinturon s’avança vers eux, un livre à la main.

- Oui ? Qu’est-ce qu’y vous emmène dans mon humble demeure ? Voulez vous un sort de soin ? Un achat d’herbes médicinales ?
- Non brave homme. Nous sommes ici pour comprendre quelque chose. Est-ce vous qui avez ensorcelé cette personne dans la grotte ?

L’homme devint pâle comme le linge. On ne pouvait apercevoir son visage sous sa grande capuche qui recouvrait son regard mais on ressentait une crispation dans la voix.

- Et bien. Pour tout vous dire, oui. C’est bien moi. Cependant, je ne pense pas qu’ils vous ai tout dit. Cet étranger m’a dérobé un bien précieux. Un calice d’une valeur inestimable. Ils étaient deux. J’ai réussit à choper le premier mais le deuxième s’est enfuit. Si vous pouviez me récupérer ce calice, je vous ferai grâce d’un bien précieux.
- Est-ce là une entourloupette ? Comment puis-je vous faire confiance ?
- Écoutez, je n’ai que mes mots. Je suis un mage, si j’avais quelque chose à cacher, je vous aurai tué sur le champ. Hors, ce n’est pas le cas. Croyez-moi.

Jill regarda son acolyte et hocha la tête. Il murmura à Léo qu’il ressentait une bonne aura et que cet homme semblait dire vrai malgré sa crispation. Il devait simplement être surpris d’une telle interruption dans sa demeure et parler de cet enchantement. Léo accepta d’aider cet homme. Il décida de repartir vers l’âme damnée en tentant de lui mentir. Arrivés dans la grotte, nos deux compères se tinrent devant le fantôme qui murmurait des « aidez-moi ».

- Alors ? Avez-vous réussit ?
- (mentir) Oui. Nous avons pu récupérer un sort pour vous libérer. Mais avant que vous ne partiez, nous aimerions savoir une chose. Vous étiez avec quelqu’un, non ?
- Oh ! Et bien … oui. Oui nous étions deux. Mais il a prit la fuite me laissant seul. Ce chien.
- Pourrais-je avoir son adresse ?
- Euh. Si vous insistez. (il donna l’adresse). Maintenant, dîtes moi ce que je dois faire !
- Merci pour ses informations. Mais nous savons que vous nous avez mentit. Vous avez dérobé un artefact précieux. Vous allez rester ici à errer, sans le moindre but. Adieu.
- Non. Non. NON ! NOOOOOOOOOOON

Le fantôme resta là, sans voix, les yeux dans le vide. Jill et Léo repartirent de la grotte pour se diriger vers la maison de l’homme qui avait dérobé le calice. Une heure de marche, ce n’était pas si loin. Il s’agissait d’une petite cabane en bois, une fenêtre et un toit en taule. Un homme sorti par la porte, de taille moyenne, cheveux brun et gras, un pistolet dans un étui sur le flanc gauche.

- He. Vous êtes qui ? Débarrassez le plancher.
- Nous savons que vous êtes en possession du calice.

Il s’arrêta net et dégaina son pistolet. Léo sorti son fusil à double canon et tira en premier. L’homme s’effondra, le ventre en sang, agonisant sur le sol. Puis son fantôme apparut comme celui de l’homme dans la cave.

- Que m’avez-vous fait ?
- Le sort fonctionne aussi sur vous ? Ah ah. C’est une belle blague. Vous allez errez jusqu’à la fin de vos jours dans ce trou paumé.

Il ne tenta même pas de répliquer. L’esprit semblait à bout de force, incapable de s’expliquer, muet. Léo rentra dans la pièce et trouva un coffre ainsi qu’un petit tiroir. Il découvrit quelques balles de plomb et le calice qui était enrobé dans un drap blanc. Sortant de la cabane, Jill le regardait et remarqua le butin. Avec un grand sourire, il lui dit qu’il était temps d’aller le rendre à son propriétaire. Nos deux aventuriers mirent une heure à atteindre la maison du mage blanc. Arrivé avant la fin de l’après midi, Léo et Jill rentrèrent et le mage les observa abasourdit.

- Alors. Vous l’avez ?

Léo prit le linge et le retira pour donner le calice au mage. Il semblait ravi et était presque fou de joie. Il expliqua que cet artefact appartenait à sa famille qui fut tué par l’un de ses deux bandits justement pendant qu’il était parti en voyage. Et lorsqu’il revint, il tenta de découvrir qui était derrière tout ça. Grâce à sa magie, il avait pu retrouver la trace du premier et lui jeter un sort. Ce sort liait également son compagnon qui, une fois mort, devenait un esprit tourmenté. Il chercha dans sa bibliothèque et en sorti 20 pièces d’or.

- Ce n’est pas grand-chose mais je vous offre aussi ma bénédiction. Il fit une incantation. Merci messieurs. Je vous offre également le gîte pour cette nuit.
- Oh merci monseigneur. Ce ne serait pas de refus.

Jill le remercia également. L’homme en toge blanche les emmena dans leur chambre respective et les laissa dormir jusqu’au lendemain matin.





« Vous avez une idée brillante ? »

Présentation ♦️ Carnet
Revenir en haut Aller en bas
 

..:: Le trajet ::..

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Insomnies, humeur maussade et trajet hasardeux [PV]
» Kotei 2010
» Sur le trajet de l'Ordalie
» Fiches des argents
» HUITIEME INTRIGUE ♫ LE COACHELLA, trajet en bus (groupe 2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belium :: Hors Jeu :: Archives :: Rps Archivés-