AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | .
 

 Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Sam 20 Sep - 15:18

Les étales bondées, les bousculades de gens pressés, les marchandises précieuses... Voilà une part de la réalité de la place du marché de Malacombe. Cette rue immensément longue, accueillant chaque jour une foule dense de fouineurs en quête de trésor ou de ménagère à la recherche de l'ingrédient manquant marque les esprits. Elle avait donc aussi marqué celui de Peronelle.

La femme barde était déjà venue à Malacombe pour un séjour de quelques jours, pour tenir compagnie à un ami sortant d'un brutal échec amoureux. Elle avait passé ses journées à le réconforter, sans même pouvoir profiter de la ville. Mais en repartant, elle était passé par la place du marché, ou plutôt, une immense avenue marchande. Peronelle avait passé des heures à flâner, s'émerveillant devant toute ces belles choses qu'elle ne pourrait s'offrir qu'en rêve. Et aujourd'hui, elle y retournait enfin.

La journée s'annonçait nuageuse cependant, les vendeurs étaient tous au rendez-vous. Le soir même aurait lieu des spectacles de jonglerie et de théâtre, à la suite desquels la barde chanterait à son tour. Par le bouche à oreille, l'organisateur, un vieil homme à la grosse bedaine, avait entendu parler d'elle et de ses merveilleuses histoires qui vous enchante un homme. Il avait donc engagé la jeune femme, pensant qu'elle pourrait occuper l'assemblée pendant un moment, et surtout, les faire boire en fin de soirée, afin de récupérer un peu plus d'argent.

Peronelle avait assisté avec beaucoup d'entrain au premier spectacle, jusqu'à ce qu'on l'appelle et qu'on l'arrache à son bonheur. Elle alla se préparer dans les coulisses, en profita pour changer de tenue et enfila une robe longue aux couleurs chatoyantes pour l'occasion. De rouge et d'orange vêtue, la voilà prête à entrer sur scène. La barde s'installa dans l'obscurité, le moindre bruit qu'elle faisait dissimulé par les bavardages de l'assemblée. Elle s'assit alors sur son tabouret et commença à jouer sans attendre que le silence se fasse.

Pour cette soirée elle choisit de chanter naturellement et d'utiliser des rythmes dansants et enjoués, sur un air de fête. Peronelle était joyeuse et elle voulait transmettre son sentiment toutes les personnes autour d'elle.

__________________________________________________


Le spectacle s'était déroulé sans encombre. La barde salua sous les applaudissements puis se retira derrière les rideaux tendus. La place du spectacle, dans la continuité de l'établissement de l'organisateur, se vida rapidement, laissant presque place au calme de la nuit, perturbé par les derniers soûlards. Peronelle était pressée de rentrer à Tarance, ses amis lui manquaient. Elle s'en alla donc à la rencontre du dirigeant afin de réclamer son dû. Elle le trouva à discuter avec deux jolies minette, tout juste sorties de l'adolescence.

« S'il vous plait ? J'aimerais rentrer au plus vite, c'est pourquoi je viens vous demander le salaire de cette soirée. »

Lui dit-elle. L'homme la jaugea du regard puis fit signe aux deux demoiselles de se retirer et elle partirent en gloussant. Avec un regard indifférent et un ton égal, il dit à la barde que son spectacle n'avait pas été satisfaisant, que les gens s'étaient ennuyés et que c'est pour cela qu'il ne la paierai pas.

Peronelle était abasourdie. Pourtant, ses chants avaient plu ! Les spectateurs étaient contents ! Elle n'avait quand même pas pu mal interpréter tout ces sourires et ces gens qui dansaient... Perturbée par les paroles froides de l'espèce d'aubergiste, elle recula instinctivement et s'emmêla les pieds. La barde chuta et heurta un poteau en bois, qui flancha sur le coup. Il tomba lentement, entraînant dans sa chute ceux auxquels il était accroché par de jolies banderoles jaunes. Le fracas qu'ils faisaient en tombant était assourdissant, et réveilla même les plus tôt endormis.

« Oh non, non, non.... »

Murmura-t-elle à son intention. Elle venait de se mettre dans de beaux draps. En plus, le derniers poteau, en tombant, avait manqué d'écrasé l'organisateur de la soirée, qui était maintenant fou de rage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Dim 21 Sep - 15:04

Encore et toujours en patrouille, je marchais dans la ville calme, au milieu des derniers passants qui rentraient chez eux dormir. Il était minuit, et à part quelques rixes d'ivrognes et des personnes à ramener chez eux, il n'y avait rien de grave à signaler.
J'avais toujours un petit sourire derrière mon casque quand je voyais l'accueil que leurs femmes leur réservaient. Déjà rentrer bourré était une chose, mais se faire ramener chez soi par les chevaliers de Malacombe en était une autre.
Mais malgré la rouste qu'ils prenaient, ils recommençaient indubitablement dès que l'ire de leurs femmes se calmer.

Les dépouilleurs d'ivrognes étaient calmes. Notre présence en calmait plus d'un. Mais il y avait toujours des cas de vol malgré notre présence.

L'heure tournait et il serait bientôt l'heure de rentrer. Approchant de la place du marché, un grand bruit se fit entendre. Un début d'agitation commença à naître.

Me rapprochant rapidement avec les trois autres hommes avec moi du lieu de l'incident, on vit l'immense chapiteau des artistes à terre. Plusieurs personnes commençaient à râler mais dès qu'elles nous apercevaient, leur courroux se calmer et nous encourager à punir celui ou celle qui avait dérangé leur repos.
Je fis abstraction de ces sources de dérangement, laissant un de mes hommes  se charger de les faire rentrer chez eux et je fis plusieurs pas en direction de la scène. Il faudra au moins une semaine de travaux pour réparer tout ça.

Il y avait deux personnes au milieu des décombres. Un homme que je reconnus comme l'organisateur des spectacles. Je l'avais souvent vu ici, et bien que je n'appréciasse pas plus que ça le comportement de cet homme en général, il n'avait jamais eu d'ennuis avec nous. Il respectait les règles.

L'autre personne était une femme. Rousse je dirais. Difficile d'en être sur avec toute cette poussière.

Ils aperçurent notre groupe composé des deux gardes et de moi même se dirigeaient vers eux.

L'organisateur commença à dire :

- Messires Chevaliers ! Arrêtez cette femme ! Elle a détruit ce lieu et a tenté de me tuer ! Mettez la au cachot !

Je regardai les deux hommes avec moi qui se mirent de telle sorte à empêcher la femme de s'enfuir et regarda d'un air froid l'organisateur et la femme.

- Bien. En attendant de mettre les choses au clair, emmenez cette dame aux cellules. Je vais discuter avec l'organisateur pour comprendre ce qui s'est passé.

Les deux hommes avec moi me regardèrent.

-Messire Folden, on ne va pas vous laisser seul, c'est...

Je ne lui laissa pas le temps de finir.

- Ne vous inquiétez pas pour moi, je saurais me défendre. Emmenez là.

Les gardes s'approchèrent de la femme, tétanisé par ce qu'il venait de se passer et l'embarquèrent sans qu'elle montre le moindre signe de résistance. La dernière chose qu'elle put entendre avant d'être trop loin fut :

- Tout ceci m'a plutôt l'air d'un accident. Racontez-moi tout en détail et sans oubli.


Dernière édition par Folden Baal le Jeu 25 Sep - 0:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Mer 24 Sep - 14:56

Tuer ? Cachot ? La barde ne comprenait pas. Jamais elle n'avait tenté d'assassiner cet homme ! Elle était bien trop pacifique pour ça. Le conflit, elle détestait ça. Complètement paralysée par la peur et l'incompréhension, elle était déjà entourée des trois soldats. De toute façon, elle n'aurait pas pu s'enfuir, elle avait vraiment besoin de cet argent. Depuis sa mésaventure avec l'ingénieur, elle avait eu quelque soucis économiques et cette soirée là avait été une véritable opportunité pour elle.

Elle écoutait à moitié ce qui se disait autour d'elle quand les deux gardes la prirent brusquement par les bras et l'emmenèrent avec eux. Peronelle mit un temps à réagir. Elle se réveilla enfin après avoir parcouru près de trois cent mètre entre les deux soldats. La barde se redressa d'un seul coup, profita du fait que les gardes pensaient tenir une frêle jeune femme et se dégagea de leur étreinte en tournant sur elle-même et en jouant des coudes. Libérée, elle courut dans le sens inverse, vers la place où était resté le premier soldat avec l'organisateur. Elle entendit rapidement les deux gardes la poursuivre dans un cliquetis d'armures.

Il la rattrapèrent à quelques pas des deux hommes.

« Mais, attendez ! Je n'ai rien fait ! Ce n'est qu'un mauvais concours de circonstance, je n'ai en aucun cas voulu tuer cet homme ! »

Dit-elle pendant que les soldats la tiraient en arrière, s'excusant auprès de ce Folden qui semblait être leur chef.. Peronelle était épuisée. Sa journée avait été longue et la voilà à deux doigts de ce faire jeter en prison. La fatigue commençait à gagner du terrain. Mais elle était pourtant déterminée à prouver son innocence.

La brune se jeta alors brusquement sur les genoux, pour échapper une seconde fois à l'emprise des deux hommes. Cela ne sembla pas leur plaire puisqu'ils la prirent chacun par une épaule et la maintinrent  fermement dans cette position. L'organisateur profita de la situation...

« Vous voyez, elle se débat, c'est qu'elle est coupable ! Je n'ai pas de temps à perdre, alors emmenez là. J'ai une famille à protéger, et je ne me sentirais pas à l'aise tant que je la saurais dans les parages, vous comprenez... »

En réalité, il comptait sûrement rejoindre au plus vite les deux demoiselles qu'avait précédemment aperçu Peronelle. Elle releva la tête, étonnée.

« Vous avez donc deux filles du même âge environ, mais qui ne se ressemblent absolument pas ! C'est incroyable, on dirait que vous n'avez aucun lien de parenté avec elles ! »

La barde n'avait pas dit cela méchamment, elle pensait encore moins que ça pourrait l'aider. Son innocence avait repris le dessus. Mais elle sentit un nouveau changement dans l'attitude des hommes qui l'entouraient : d'abord, les deux gardes s'étaient crispés et lançaient des regards assassins au gros bonhomme. Celui-ci semblait paniqué et soudainement gêné d'être en leur compagnie. Quant au dénommé Folden... Peronelle ne sut dire s'il avait réagi, son visage était dissimulé sous son imposant casque.

L'organisateur tenta alors de s’éclipser, en marmonnant des paroles inintelligibles.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Mer 24 Sep - 16:12

La femme venait de partir, maintenu par les deux gardes. Le troisième avait du mal à s'occuper de la foule qui continuait à tourner voir ce qui se passait. Ce qui m'agaça assez rapidement.
Je me retournai vivement vers les curieux.

- Messieurs Dames, rentrez chez vous, il n'y a rien à voir. La garde et la chevalerie de Malacombe s'occupent de tout.

Je haussai un peu la voix.

- Et si je vois encore l'un d'entre vous d'ici deux minutes, il passera la nuit en cellule. Alors circulez !

Un peu énervé, je repris mon discours avec l'organisateur.

- Vous ! Dites-moi votre nom déjà. Et expliquez-moi la raison de tout ce bordel. Je perds patiente.

La colère devait se sentir dans ma voix, car il ne se fit pas prier pour de nouveau rentrer dans ses chausses et prendre en compte qu'il ne parlait pas à un de ses acteurs.

- André Messire Chevalier. Je me nomme André Lafleur. J'organise les spectacles sur la grande place du marché. J'engage les acteurs qui...

Je le coupai dans son discours.

- Je vous ai pas demandé de détailler votre métier. Résumé moi ce qui s'est passé ce soir.

Il n'avait pas l'air à l'aise, bougeant dans ses chausses comme un serpent qui cherche à s'enfuir. Il avait les yeux baissés aussi.

- C'est cette femme. La barde. Tout est de sa faute.

Ce qui me fit penser que je ne connaissais pas son nom à cette dame aussi.

- Connaissez-vous son nom ?

Il hocha la tête vivement.

- Oui ! Oui ! Elle se nomme Peronelle Persian !

J'avais déjà entendu ce nom. C’était une barde qui se faisait un nom dans les auberges du coin. Je crois l'avoir déjà entendu un soir à la Chope d'Argent.
Mon ton se radoucit.

- Bien. Alors résumez-moi tout ça.

Il releva les yeux.

- Cette barde a voulu m'extorquer de l'argent. Je lui ai proposé une somme pour sa prestation et elle avait accepté. Mais après, elle est revenu me voir, me demandant plus sous prétexte qu'elle avait attiré du monde. Sinon elle faisait s'écrouler la scène. J'ai refusé, alors elle a mis à exécution sa menace.

Il me montra une poutre par terre.

- J'ai failli me prendre cette poutre sur la tête. Elle a tenté de me tuer !

Un bruit se fit entendre derrière nous. Je me retournai vivement.

- Je vais mettre à exécution ce que j'ai dit. Qui va finir sa nuit au cachot ?

Mais la seule chose qui était encore visible dehors, c’était la barde qui revenait vers moi, poursuivie par les deux gardes. Incapable de maintenir une femme, tsss...

Elle se fit rattraper à 3 m de moi. Je commençai à vouloir reprendre avec André quand elle s'écria :

- Mais, attendez ! Je n'ai rien fait ! Ce n'est qu'un mauvais concours de circonstances, je n'ai en aucun cas voulu tuer cet homme !

Faisant un signe aux gardes de la re embarquer, elle se débattit et tomba à genoux au sol.

L'organisateur, ragaillardi par la position piteuse dans laquelle Peronelle se situait en profita.

- Vous voyez, elle se débat, c'est qu'elle est coupable ! Je n'ai pas de temps à perdre, alors emmenez là. J'ai une famille à protéger, et je ne me sentirais pas à l'aise tant que je la saurais dans les parages, vous comprenez...

La barde, ne se laissant pas faire, enchaîna :

- Vous avez donc deux filles du même âge environ, mais qui ne se ressemblent absolument pas ! C'est incroyable, on dirait que vous n'avez aucun lien de parenté avec elles !

Les gardes regardèrent Mr Lafleur d'un air assez suspicieux. Il tentait de s’éclipser doucement. Je l'attrapai par l'épaule.

- Mr Lafleur. On en a pas fini. Vous rejoindrez votre famille plus tard. Et tentez encore ceci et on finira cette discussion dans un lieu moins convivial. Il se fait tard, et je ne m'attarderais pas toute la nuit sur ce problème.

Je me tournai vers la Barde.

- Mademoiselle Peronelle Persian. Vous êtes accusé par cet homme André Lafleur, d'extorsion de fonds, de chantage, de destructions de biens privés et de tentative de meurtre. Qu'avez-vous à dire pour votre défense ?

Je me tournai vers l'organisateur.

- Avez-vous des témoins pouvant attester de votre témoignage ? Je préfère vous prévenir qu'un faux témoignage ou une omission sur témoignage est aussi punissable par la loi de Malacombe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Dim 28 Sep - 9:35

Peronelle soupira. Elle ne comprenait pas le sens de la moitié des accusations que l'on portait sur elle. De plus, le soldat masqué était très intimidant et la barde se sentait toute petite à côté de lui. Mais bien que terrifiée, elle était déterminée à prouver son innocence. Elle se hasarda à tenter de le regarder dans les yeux, par l'infime fente de son casque.

« Je ne suis pas censée m'attarder à Malacombe, c'est pour ça qu'à la fin du spectacle, je suis aller réclamer mon dû auprès de Monsieur Lafleur. C'est là qu'il a dit que mon spectacle n'avait plu à personne et encore moins à lui, alors que j'ai bien vu que c'était le contraire. Il a donc dit qu'il ne me paierait pas. »

A vrai dire, son plaidoyer ne jouait pas vraiment en sa faveur, elle était plutôt en train de se donner un motif pour l’agression. Elle déglutit et reprit, la voix tremblante et les yeux rivés au sol.

« Sur l'instant, j'ai été tellement surprise et sous le choc que je suis tombée sur un des poteau, et une chose en entraînant une autre, tous sont tombés... »

Instinctivement, elle passa une main dans son dos. Sa chute n'avait pas été délicate et la douleur commençait à se réveiller. Et alors que ce cher Monsieur Lafleur allait prendre la parole, elle l'interrompit en se redressant soudainement.

« Oh mais, attendez ! Les deux jeunes filles de tout à l'heure pourraient peut-être confirmer ce que je vous dit ! Elles ne devaient pas être très loin quand tout s'est écroulé ! »

Cette idée semblait déranger l'organisateur. Il marmonna qu'elles étaient sûrement loin depuis longtemps, et qu'il n'y avait plus personne sur la place à ce moment là. Mais Peronelle ne pouvait pas dire non plus ce que pensait le soldat, il semblait très porté sur le respect de la loi...  

Dans le silence de la nuit, on entendit soudainement des gloussements au coin de la ruelle qui se situait derrière Lafleur. Les demoiselles revenaient et sûrement plus... hydratée, qu'auparavant. Elles arrivèrent sur la place et gloussèrent de plus belle, lançant des regards charmeurs aux soldats et oubliant complètement monsieur Lafleur.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Lun 29 Sep - 14:11

La barde avait l'air perdue. Elle n'avait pas l'air de comprendre que ces accusations étaient graves, et que d'autres avaient été condamnés pour moins que ça.

Elle arriva quand même à se reprendre un peu et à répondre, sous les regards fixés sur elle :

-  Je ne suis pas censée m'attarder à Malacombe, c'est pour ça qu'à la fin du spectacle, je suis aller réclamer mon dû auprès de Monsieur Lafleur. C'est là qu'il a dit que mon spectacle n'avait plu à personne et encore moins à lui, alors que j'ai bien vu que c'était le contraire. Il a donc dit qu'il ne me paierait pas.

Elle accusait donc Mr Lafleur, de ne point avoir respecté son engagement. Et bien sur, aucun autre moyen pour démêler cette histoire que de trouver qui était de bonne foi.
Depuis le temps que je parlai au Haut prêtre de faire faire une trace écrite des promesses pour éviter ce genre de problème... Je lui relaterais d'ailleurs ce cas pour appuyer mes dires.

Elle continua ses explications.

- Sur l'instant, j'ai été tellement surprise et sous le choc que je suis tombée sur un des poteau, et une chose en entraînant une autre, tous sont tombés...

Cette Peronelle Persian avait l'air surtout victime d'un concours de mauvaise circonstance. Mais, cela n’empêchait pas le fait qu'il y avait eu une dégradation des biens de Mr. Lafleur. Bien qu'elle soit involontaire.

Elle mit une main dans son dos, le visage exprimant une certaine douleur.

Mr Lafleur s’apprêtait à parler, la pointant du doigt, mais la Barde fut plus vive et le coupa dans son élan.

- Oh mais, attendez ! Les deux jeunes filles de tout à l'heure pourraient peut-être confirmer ce que je vous dit ! Elles ne devaient pas être très loin quand tout s'est écroulé !

Des témoins. Ça pourrait tout arranger. Mais j'avais un peu peur, comme le marmonnait l'organisateur, qu'elle ne fusse loin.

Mais la chance sourit à la Barde apparemment. Car deux demoiselles, visiblement éméchées s'approchaient de la scène. Je restai silencieux, les laissant commencer à charmer les deux gardes en service.

Je vis leurs visages passer de rose à rouge. D'un côté attiré par le sexe opposé mais obligé de rester sérieux car je les observais.
Ils savaient qu'en service, je n'acceptais pas les batifolages.
Et qu'une des filles nomme un des deux hommes par son prénom n'arrangèrent pas les choses pour lui.

Je le savais marier. Il avait deux enfants. Et si je rapportais ceci à sa femme... Mais je me contenterais d'un petit mot en privé, une fois cette histoire résolue.

Je fis un toussotement forcé pour attirer l’œil des filles, qui devait sans doute m'avoir pris pour un élément du décor.

- Mesdames, veuillez vous approchez je vous prie.

Elles constatèrent ma présence et firent la grimace. Avoir affaire à un chevalier à cette heure nocturne et dans cet état ne leur présageait que des problèmes. Elles se montrèrent peu enclines à approcher, mais le firent quand même, de peur de finir la nuit en cellule.

Une fois proche, je leur posa quelques questions.

- Connaissez-vous cet homme ?

En montrant André Lafleur du bras.

- Si oui, avez-vous été témoins de ce qu'il s'est passé entre lui et cette barde ? Si c'est le cas, résumez-le-moi. Et sans mentir.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Dim 12 Oct - 15:24

Les deux jeunes femmes étaient clairement éméchées et tournaient autour des deux jeune garde. Leur supérieur restait immobile et stoïque face à la situation. Quand il les interpella, elle réagirent comme deux petites filles ayant commis une vilaine bêtise. La tête basse et la démarche hésitante – peut-être due au taux d'alcool dans leur sang –, elles s'avancèrent vers lui.

« Connaissez-vous cet homme ? Si oui, avez-vous été témoins de ce qu'il s'est passé entre lui et cette barde ? Si c'est le cas, résumez-le-moi. Et sans mentir. »

L'une était blonde et l'autre avait les cheveux noir de jais. La première semblait vouloir jouer avec la séduction pour se sortir de cette affaire, pendant que l'autre restait toute discrète à sa gauche. La blonde s'approcha du soldat et se pencha vers lui.

« Cela vous intéresse-s’il vraiment ? Il y a des choses bien plus passionnantes à faire ce soir, certaines même que nous pourrions faire tous les deux... J'aurais plein de choses à vous faire déc... »

Elle ne put terminer sa phrase que sa « copine » l'avait tirée en arrière. Sans même faire attention à la réaction du soldat, elle la réprimanda et lui dit de se taire. C'était sûrement la plus âgée des deux. La jeune femme foudroya l'autre du regard et lui murmura quelques mots précipités à l'oreille. Peronelle en perçut quelques bribes.

« ...se taire... éviter les ennuis...bêtises...maison... »

La barde n'arrivait pas vraiment à faire de lien entre ces mots, bien que ce soit son quotidien. Cette situation devenait vraiment trop bizarre pour elle. La fille aux cheveux noires prit alors la parole.

« Excusez le comportement de ma sœur, elle ne sait plus ce qu'elle dit et fait. »

Peronelle sursauta. Sa voix était claire et nette, son ton sans la moindre hésitation. Et cette voix lui semblait familière...

« Nous n'étions pas très loin quand cette dame et monsieur Lafleur ont eu leur altercation. Je n'ai pas très bien entendu mais.. ( Elle marqua une pause en lançant un regard inquiet à André, qui la regardait d'un air malsain.) Monsieur Lafleur a bel et bien refusé de payer Mademoiselle Persian. Ce qui est fort dommage, son spectacle était très bien. Ensuite, j'ai entendu un grand bruit mais je n'ai pas vraiment vu ce qui a pu se passer. »

La barde sourit sans pour autant que la jeune fille ne la regarde. Cette précision lui avait fait plaisir.

Derrière elle, les deux soldats semblaient s'ennuyer de la situation. Tout cela commençait à s'éterniser et rien n'avançait. L'un d'eux, sûrement le plus jeune, s'adressa à son supérieur d'une voix lasse.

«  Messire Folden, si  je puis me permettre, il commence à se faire très tard et je vois encore des gens nous observer depuis leur fenêtre. Ouverte. Il serait peut-être temps de mettre un terme à cette histoire, vous ne pensez pas ? »

Cette idée sembla affoler monsieur Lafleur. Il sembla s'agiter et coupa la parole au dénommé Folden en se tournant vers lui.

« Bon, si ça peut vous aider, je veux bien oublier le fait qu'elle ait tenté de me tuer, mais mon matériel est quand même détruit, il me faudrait quand même une petite compensation... »

Peronelle se redressa sous le coup de la surprise.

« Mais, je.. je n'ai pas les moyens de payer quoi que ce soit ! »

Elle retomba sur ses genoux avant que les soldats n'interviennent à nouveau.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Dim 12 Oct - 21:19

Une des jeunes filles d'environ 20 ans, blonde, s'approcha de moi alors que j'attendais sa réponse.

Et commença à dire :

« Cela vous intéresse-t’il vraiment ? Il y a des choses bien plus passionnantes à faire ce soir, certaines même que nous pourrions faire tous les deux... J'aurais plein de choses à vous faire déc... »

Surpris par ses propos, je m’apprêtais à rétorquer quand son amie, sans doute plus mature la tira en arrière, la ramenant à elle et l'éloignant de ma colère.

Cette jeune fille pouvait presque être ma fille, et elle sentait l'alcool à plein nez. Et la voila qui me proposait des choses.

Le temps que je mis à ingurgiter ces informations, l'autre fille, qui elle était brune me déclara d'un air penaud :

- Excusez le comportement de ma sœur, elle ne sait plus ce qu'elle dit et fait.

Je marmonnai dans mon heaume et l'encourageai d'un geste de la main à poursuivre.

- Nous n'étions pas très loin quand cette dame et monsieur Lafleur ont eu leur altercation. Je n'ai pas très bien entendu mais..

Elle marqua une pause en lançant un regard inquiet à André, qui la regardait d'un air malsain.

-Monsieur Lafleur a refusé de payer Mademoiselle Persian. Ce qui est fort dommage, son spectacle était très bien.

Je me tournai vers un des gardes qui avait l'air de me supplier du regard.

- Messire Folden, si  je puis me permettre, il commence à se faire très tard et je vois encore des gens nous observer depuis leur fenêtre. Ouverte. Il serait peut-être temps de mettre un terme à cette histoire, vous ne pensez pas ?

Je le regardai d'un air furieux, et malgré mon heaume, il sentit que ne n'étais pas content.

- Je pense qu'au lieu de vouloir me donner des conseils, vous feriez mieux d’arrêter de batifoler en dehors des heures de service avec ces...


Mr Lafleur, crispé et se sentant perdre la partie, me coupa la parole, ce qui m'énerva encore plus, et tout ça pour dire ;

- Bon, si ça peut vous aider, je veux bien oublier le fait qu'elle ait tenté de me tuer, mais mon matériel est quand même détruit, il me faudrait quand même une petite compensation...

La Barde réagit immédiatement à ces propos et se redressa l'espace de quelques secondes.

- Mais, je.. je n'ai pas les moyens de payer quoi que ce soit !

Je me tournai vers le garde que je sermonnais.

-Relever Mademoiselle Persian et soutenez là. Vous Mr Lafleur. Vous avez menti à la garde et à la chevalerie de Malacombe, vous avez refusé de payer une prestation et de plus vous demandez réparation pour le préjudice subi .

Je haussais le ton de plus en plus.

- Déjà vous allez payer cette demoiselle, plus une majoration de dix pour cent du montant que vous lui devez pour le préjudice qu'elle a subi elle. De plus, vous paierez une amende de 10 pièces d'or. Si vous ne pouvez pas payer, vous serez condamné à une peine de prison à la place.

Je baissai mon ton et m'approchai de lui.

- Quand aux frais de réparations, cela vous incombe, c'est clair ?

Ces dernières paroles eurent l'air de résonner dans l'air alors que c'était celles que j'avais prononcées le plus bas.

- Quand à vous Mademoiselle Persian...

Je pris le temps de réfléchir quelques instants.

-Vous recevrez le montant qui vous ait dû, plus la majoration de la part de Mr Lafleur ce soir. Mais même si c'était involontaire, vous avez failli le tuer, il est impossible de le nier. Alors vous devrez, une fois le lieu réparé, travailler pour lui une semaine durant. Il vous paiera juste le gite et le couvert et gardera la reste de la recette en compensation.

Je regardai Mr Lafleur.

- Est-ce que ceci est bien clair pour vous aussi Mr Lafleur ? Ou alors préférez vous passer un petit moment dans nos cellules .

Il transpirait fortement, n'osant rien dire d'autre que :

- Mais... Je n'ai pas cette somme sur moi Messire. Il me faut aller à la Banque.

- Vous viendrez demain avant 9h à la chevalerie verser votre dû. En attendant, vous n'avez pas le droit de quitter la ville. Je ferais passer le mot aux postes de garde.
quant à vous Mademoiselle Peronelle persian, on va vous accompagner à votre logement. Les rues ne sont plus sures à cette heure-ci.
Je vous invite à venir demain des 10h à la chevalerie de Malacombe. Ainsi, une personne pourra noter votre déposition et vous récupérerez vos biens à ce moment là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Dim 19 Oct - 17:26

La lune était pleine. Etait-on déjà passé au lendemain ? Peronelle n'avait plus aucune conscience du temps qui passait. Soutenue par un des soldats, elle écoutait attentivement le discours du chevalier masqué.

« Relever Mademoiselle Persian et soutenez là. Vous Mr Lafleur. Vous avez menti à la garde et à la chevalerie de Malacombe, vous avez refusé de payer une prestation et de plus vous demandez réparation pour le préjudice subi.Déjà vous allez payer cette demoiselle, plus une majoration de dix pour cent du montant que vous lui devez pour le préjudice qu'elle a subi elle. De plus, vous paierez une amende de 10 pièces d'or. Si vous ne pouvez pas payer, vous serez condamné à une peine de prison à la place. »

Peronelle frissonna sous le ton qu'employait Folden, bien qu'elle n'était pas concernée par ces premières accusations. Pour le moment, elle s'en sortait plutôt bien, mais qu'allait-il se passer ensuite.. ? Elle sursauta quand il employa son nom.

« Ou...Oui ? »

« Vous recevrez le montant qui vous ait dû, plus la majoration de la part de Mr Lafleur ce soir. Mais même si c'était involontaire, vous avez failli le tuer, il est impossible de le nier. Alors vous devrez, une fois le lieu réparé, travailler pour lui une semaine durant. Il vous paiera juste le gîte et le couvert et gardera la reste de la recette en compensation. »

Elle soupira de soulagement. Au moins, elle ne passera pas la nuit en prison. Mais d'ailleurs, où allait-elle passer la nuit ? Le chevalier Folden précisa que lui même et ses soldats allaient la raccompagner à son logement. Seulement voilà, Peronelle n'avait aucun endroit où passer la nuit et elle ne voulait surtout pas rester près de l’infâme monsieur Lafleur. Alors qu'il se détournait en marmonnant pour rentrer chez lui et que les deux jeunes filles partaient dans la direction inverse, le soldat qui la soutenait encore la questionna.

« Où logez vous madame ? »

Peronelle ne répondit pas, elle réfléchissait. Elle pensait repartir dès le spectacle finit, mais en cet instant, elle n'était pas en état de prendre la route. Et puis, elle avait rendez-vous le lendemain matin pour récupérer son dû. Elle prit son courage à deux mains et s'adressa directement à l'homme masqué et tenta – en vain – de montrer une once d'assurance.

« A vrai dire, je n'ai pas d'endroit où passer la nuit. Mais je peux bien me débrouiller, ne vous en faites pas ! Je crois que j'ai atteint mon cota de mésaventures pour toute l'année je crois. »

Au même instant elle manqua de trébucher. Elle rit nerveusement.

« N'est-ce pas ? »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Lun 20 Oct - 13:04

L'organisateur du nom de Lafleur partit la queue entre les jambes. Et cela me satisfaisait.
On ne se moque pas impunément de l'autorité de la Chevalerie de Malacombe. Et surtout on ne lui ment pas. J'espère que cette amende lui permettra de comprendre tout cela.

Je tournai mon regard vers la Barde. Elle était encore choquée par tout ceci. Et je ne savais pas si elle avait pris totalement conscience de tout ce que j'avais dit.
Au pire, on lui rappellera demain. Et on lui fournira un document si elle sait lire.

Tout ça me faisait penser que j'étais encore loin de pouvoir aller me coucher. Il fallait que je mette par écrit la condamnation et que je fasse rapidement passer l'information aux postes de gardes pour éviter que notre ami Lafleur file à la naine.

D'ailleurs , devrais je retenir la Barde pour être sure qu'elle accomplisse sa peine une fois le chapiteau réparé ? Cela m'ennuyait de la bloquer tout ce temps. Non, je mettrais plutôt un délai.

Pendant mes réflexions un des gardes demanda à Mme Persian où elle logeait.

Au début, je vis un air légèrement gêné sur son visage qui se transforma rapidement en un visage assurant.

- « A vrai dire, je n'ai pas d'endroit où passer la nuit. Mais je peux bien me débrouiller, ne vous en faites pas ! Je crois que j'ai atteint mon cota de mésaventures pour toute l'année je crois. »

Elle manqua trébucher sur un débris au sol et eut un rire nerveux.

- « N'est-ce pas ? »

Je pris quelques instants de réflexions pendant que le garde attendait ma décision.
Je pouvais l'inviter à dormir chez moi, mais ça pourrait être mal interprété et j'entendrais cette histoire par les gardes un bon moment. Surtout que la demoiselle avait un certain charme totalement à mon gout.
Tant pis, je connais bien le patron de la Taverne de la Chope d'Argent. Il ne me refusera pas la possibilité de l’héberger pour la nuit. Quitte à ce que je paye la chambre de mes propres deniers.

- Ne vous inquiétez pas Mme Persian, je prends tout en main. Je vous accompagne à la Chope d'Argent. Je connais bien les propriétaires, ils vous octroieront une chambre pour la nuit. Je prends les frais du logement à ma charge.

J'essayai de prendre un air gentil. Ce qui n'était pas forcément visible avec le heaume.

- Ne vous inquiétez pas. On va prendre soin de vous.

Je lui tendis une main, en essayant de la rassurer, faisant sortir le côté protecteur, et non le côté Bourreau qu'on pouvait souvent attribuer aux Chevaliers. On avait vite tendance à oublier qu'on était là avant tout pour protéger les innocents.

Je commençai à la faire avancer doucement vers la Chope d'Argent. Et fit un léger signe aux gardes pour qu'ils nous suivent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Mer 22 Oct - 13:01

« Ne vous inquiétez pas Mme Persian, je prends tout en main. Je vous accompagne à la Chope d'Argent. Je connais bien les propriétaires, ils vous octroieront une chambre pour la nuit. Je prends les frais du logement à ma charge. Ne vous inquiétez pas. On va prendre soin de vous. »

La voix du soldat casqué n'était plus la même et se voulait à présent plus calme. Peronelle se sentait en confiance entourée de ces représentants des forces de l'ordre. Mais... prendre soin d'elle ? Ce serait trop. Après tout les soucis qu'elle avait causé, il serait bien étrange qu'on l'aide encore. Le soldat lui tendait sa main. La barde hésita un instant, regardant alternativement la main tendue et le heaume totalement inexpressif du soldat. Finalement, elle posa timidement sa main dans la sienne. Il l'entraîna alors vers ce qui semblait être la direction de la Chope d'Argent, suivis des deux soldats qui traînaient le pas, pressés de rentrer à la caserne ou même chez eux.

Peronelle ne savait pas quoi penser. Elle ne pouvait pas accepter qu'on lui paye le logis pour la nuit, en plus qu'un soldat le fasse... La taverne approchait dangereusement quand la barde s'arrêta brutalement, tirant inconsciemment sur le bras de Folden.

« Eh, mais attendez... Je ne peux pas, enfin, vous ne pouvez pas me payer un logement.. Vous ne devriez pas, je peux me débrouiller.. »

Elle commença à compter sur ses doigts.

« J'ai occupé toute votre soirée, je me suis attirée des problèmes, j'ai pris votre temps pour des broutilles... »

Peronelle lâcha un long soupir.

« Enfin voilà, vous comprenez, je ne veux en aucun cas abuser ou profiter... »

Derrière elle, les gardes soupirèrent de plus belle et grommelèrent entre eux. Cette barde commençait maintenant à leur taper sur le système.. Elle eut soudain une idée et releva la tête vers Folden.

« Je sais ! Je vais m'arranger avec l'aubergiste, organiser un spectacle ou aider dans les cuisines, peu importe, mais je ne peux pas vous déranger plus longtemps.»

Elle ponctua à son grand désarroi sa phrase par un bâillement qu'elle dissimula derrière sa main libre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Mer 22 Oct - 14:08

On avançait tous vers l'Auberge. Il se faisait vraiment tard et il tardait à chacun de nous d'aller se coucher. Il devait rester à peine quatre heures ou trois avant l'aube.

On avançait tranquillement quand la Barde s’arrêta et tira sur mon bras. On aurait dit une enfant se sentant coupable ou gêné. Et sur le coup ça me donnait envie de la considérer comme telle.

Avec sa petite voix, elle me sortit :

- Eh, mais attendez... Je ne peux pas, enfin, vous ne pouvez pas me payer un logement.. Vous ne devriez pas, je peux me débrouiller..

Elle compta sur ses doigts.

- J'ai occupé toute votre soirée, je me suis attirée des problèmes, j'ai pris votre temps pour des broutilles...  Enfin voilà, vous comprenez, je ne veux en aucun cas abuser ou profiter...

Je l'écoutai, comme on écoute une petite fille cherchant à s'excuser et à vouloir s'en sortir seule alors qu'elle-même savait qu'elle avait besoin de soutien.

Mais derrière, mes hommes eux voulaient rentrer chez eux et cette énième interruption commençait vraiment à leur taper sur les nerfs. Elle entendit cela, et se sentant un peu plus gênante, elle rajouta :

- Je sais ! Je vais m'arranger avec l'aubergiste, organiser un spectacle ou aider dans les cuisines, peu importe, mais je ne peux pas vous déranger plus longtemps.

Elle n'avait pas l'air de se rendre compte qu'a cette heure-ci il n'y avait plus de spectacles, ni besoin d'aides en cuisine. Tout le monde hormis les patrouilles de nuit dormait à cette heure si. Même les pires des filous et les rats dormaient. Et même elle baillait.
Je retirai mon casque et l'accrocha à ma ceinture, ce que je ne faisais en général jamais en service et la regarda.

- Mademoiselle, permettez.

Je n'attendis pas sa réponse et la pris dans mes bras tout en lui disant sur un ton très gentil. Comme lorsqu'on répond à une enfant.

- A cette heure ci, vous devriez vous aussi dormir.

Je repris la marche vers l'auberge en essayant de faire doucement. Je me doutais que l'armure devait pas rendre les a coups très supportables.

Les gardes eurent l'air surpris, me connaissant plus autoritaire, et pas en Don Juan. Mais ils étaient tellement comtent qu'on reprenne notre route qu'ils ne se permirent aucun commentaires.
Je savais que j'en entendrais parler. Mais ce n'est pas grave.
On arriva devant l'auberge.

Je posai Mme Persian pour pouvoir frapper à la porte. Du bruit se fit entendre et on entendit un léger :

- Mais vous avez vu l'heure ?! Y en a qui dorme !

La porte s'ouvrit à la volée sur le propriétaire qui passa d'un air ronchon à un grand sourire quand il me reconnut.

- Messire Folden !

Il regarda la dame à mes côtés.

- Et Madame Persian ! Que me vaut l'honneur ?

Il se frotta les mains sans y prêter attention.
Je lui fis un sourire un peu gêné. L'air de celui qui a besoin d'un service.

- Auriez vous une chambre pour Mme Persian de disponible ? Je m'occupe des frais bien sur.

Il fit un pas de côté nous laissant entrer. J'incita gentiment la barde à entrer.

- Oh ! Mais bien sur ! Une chambre pour deux messire Folden ?

Je rigola et lui répondis par la négative.

- Non, non Monsieur Isuldor. Une place suffira. Mais pas une paillasse hein. Cette dame à eut une soirée difficile et à besoin de repos.

Je pris conscience que cette phrase aurait pu être mal interprété mais tant pis, le mal était fait.

- Bien, bien ! Mme Persian, veuillez me suivre, je vais vous montrer votre chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Mer 22 Oct - 17:09

Fatiguée. Peronelle était vraiment fatiguée, et le silence alentour l'endormait un peu plus à chaque minute. Sans qu'elle ne comprenne pourquoi, Folden retira son casque. Surprise, elle suivit du regard sa main qui accrochait le morceau de métal forgé à sa ceinture. Avant même qu'elle ne puisse relever la tête, elle se sentit soulevée de terre par des bras puissants. La barde ne comprenait plus rien.

« A cette heure ci, vous devriez vous aussi dormir. »

Elle releva immédiatement la tête vers le chevalier et vit son visage pour la première fois. En enlevant son casque, il avait aussi libéré ces cheveux. Il avait des yeux très clairs qui étaient plutôt inquiétants, mais sa voix apaisait Peronelle. Cette dernière ne disait rien, trop gênée par la situation. Cependant elle remarqua une longue et étrange cicatrice sur la joue gauche, traversant son visage du menton jusqu'au front. Un instant curieuse, elle leva légèrement la main vers cette marque mais se ravisa. Ç’aurait été déplacé et elle ne voulait pas encore aggraver la situation. La barde se tut alors pour le reste du trajet, perdue dans ses pensées. Elle ne sentait même pas les cahots de l'armure, ou n'y faisait absolument pas attention.

Elle revint soudainement à la réalité lorsque Folden la déposa sur la terre ferme, devant la porte de la Taverne. Celle ci s'ouvrit après que le chevalier ait frappé et qu'une voix colérique ait traversée la porte en bois.

« Messire Folden ! Et Madame Persian ! Que me vaut l'honneur ? »

« Bonj..Bonsoir, monsieur...Monsieur. »

Peronelle avait voulu être un minimum correcte, bien qu'elle ne se souvienne plus du nom de cet homme pour qui elle avait sûrement déjà travaillé, puisqu'il se souvenait d'elle. Elle allait devoir y réfléchir.

La barde voulut protester quand Folden précisa qu'il paierait la chambre, mais le tavernier fut trop rapide et Peronelle se retrouva à l'intérieur avant de le réaliser.

« Oh ! Mais bien sur ! Une chambre pour deux messire Folden ? »

Pour...deux ? Voilà encore de quoi augmenter la gêne de la barde. Le rouge lui montait aux joues et elle avait envie d'aller se cacher quelque part. Loin. Très loin.


« Non, non Monsieur Isuldor. Une place suffira. Mais pas une paillasse hein. Cette dame à eut une soirée difficile et a besoin de repos. »

« Bien, bien ! Mme Persian, veuillez me suivre, je vais vous montrer votre chambre. »

Intimidée par la situation, elle le suivit sans piper mot. Monsieur Isuldor fouilla dans ses poches à la recherche d'une petite clé pour ouvrir une chambre. Celle-ci s'avéra plutôt spacieuse et en son centre  trônait un lit épais sur lequel reposaient plusieurs couvertures. Peronelle adressa un grand sourire au tavernier et s’apprêtait déjà à entrer dans la pièce mais se ravisa rapidement.

« Cela ne va pas coûter trop cher au chevalier Folden j'espère ? S'il le faut, je peux me débrouiller pour vous payer. Je n'ai rien sur moi mais demain.. »

Il l'a coupa d'un geste de la main.

« Ne vous en faites pas pour ça. Vous avez seulement besoin de vous reposer maintenant »

En effet, la barde tombait déjà de sommeil. Elle revint quand même sur ses pas , la démarche traînante, pour retrouver le chevalier qui attendait, seul. Les deux soldats avaient du lui fausser compagnie. Peronelle sourit à Folden.

« Je ne saurais comment vous remercier, alors si je peux faire quoi que ce soit pour vous aider, n'hésitez pas, vraiment. »

Elle bailla une nouvelle fois, s'excusa et se détourna pour enfin aller savourer ce lit douillet qui l'attendait à quelques mètres de là.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Jeu 23 Oct - 18:13

Elle accompagna Isuldor qui allez lui montrer sa chambre. Je profitai de son absence pour renvoyer les gardes.

- Rentrez chez vous vous reposez. Et demandez à un autre garde qui vient de prendre son service que Messire Folden souhaite qu'il vienne ici. Je lui donnerais ses consignes à son arrivée.

Ils me firent un salut militaire et quittèrent l'établissement rapidement. Je commençai à vouloir sortir ma bourse quand je vis Mme Persian revenir presque en titubant vers moi et me faire un grand sourire reconnaissant.

- Je ne saurais comment vous remercier, alors si je peux faire quoi que ce soit pour vous aider, n'hésitez pas, vraiment.

Je lui fis une révérence et me redressai, un petit air charmeur sur le visage. Elle bâilla de nouveau et fit demi-tour en direction de sa chambre.

Isuldor revint quelques instants plus tard. Je sortis ma bourse.

- Isuldor, pourra tu rajouter à ma note un morceau de parchemin et de l'encre . J'aimerais laisser un mot à Mme Persian pour son réveil.

Il farfouilla dans son comptoir et sortit tout ce que je lui avais demandé.
Je souriais.

- Tu es une véritable échoppe ambulante mon ami. Mais grand bien m'en fasse.

Il rigola et prépara deux bières. Il m'en tendit une.

- Je vous l'offre Messire. C'est de bon cœur.

J'étais titillé à l'idée de l'accepter. Mais vu l'heure, je n'étais normalement plus en service.

- Alors juste celle la Isuldor.

Je pris le temps de boire la bière avec mon vieil ami et en profitai pour lui régler ce que je lui devais.

Après la bière, je m'attaquai aux choses sérieuses pendant que Isuldor préparait son Auberge pour l'ouverture qui ne devrait pas tarder Je pris le parchemin, la plume et l'encre et écrivit un mot.

Chère Mademoiselle Persian,

Vous avez fait mention d'un service que vous me deviez, et je sais ce que j'aimerais-vous demander. Voyez-vous, il y a dans deux jours un bal au Temple pour fêter la date Anniversaire du dieu Thorvald. J'aimerais vous y inviter. Bien sur, nulle obligation de votre part d'accepter. Mais je serais votre obligé si vous m'honorez de votre présence ce soir-là.


Folden Baal



Chevalier de Malacombe




Je n'avais pas mon sceau à portée de main alors je me contentai de plier mon mot en trois. Je me tournai vers l'aubergiste.

- Isuldor, pourriez-vous en toute discrétion, et sans le lire, confier ce mot à Mme Persian à son réveil ?

Il prit le mot en m'assurant qu'il n'y avait aucun souci. Il lui donnerait dès qu'elle serait réveillée.

Je sortis et tombai nez à nez avec un garde qui avait l'air de me chercher. Il s'approcha de moi rapidement quand il m'aperçut.

- Messire Folden !

Il me salua.

- On m'a demandé de vous rejoindre.

Je lui rendis son salut.

- Oui. Pourriez-vous rester dans le coin et vous assurez qu'il n'arrive rien de fâcheux à Mme Persian, la barde ? Veillez à sa sécurité, et discrètement si possible.  Elle doit venir à la Chevalerie dans la matinée. Si elle a l'air perdue, proposez-lui votre aide. Mais ne lui dites pas que c''est moi qui vous envoie. Compris ?

Il me fit un nouveau salut militaire.

- Bien Messire !

Je lui fis un sourire et remis mon casque.

- Bien. Rompez soldat.

Et je partis en direction de la Chevalerie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Jeu 23 Oct - 19:31

La matinée devait être déjà bien entamée quand Peronelle se réveilla, dérangée par les bruits dans la taverne. Elle se redressa dans son lit, le corps tout endolori mais de bonne humeur. La soirée avait été rude et ce repos lui avait fait le plus grand bien. La barde se leva et enfila les vêtements qu'elle portait la veille. Elle grimaça, elle allait devoir se présenter dans cette tenue à la chevalerie.

La chevalerie !

Peronelle se précipita vers la porte qu'elle ouvrit brusquement et sortit dans le couloir pour y trouver... un soldat adossé contre le mur, et sûrement assoupi. Elle lui lâcha un « Bonjour » précipité  sans même chercher à savoir ce qu'il faisait là et rejoignit rapidement la salle principale. La pièce était occupée par quelques personnes mais la barde ne trouvait pas le tavernier. Elle s'accouda au comptoir en espérant qu'il revienne vite. Impatiente, elle se mit à taper des doigts en rythme sur le comptoir. Il lui fallait connaître l'heure, et elle n'osait pas demander à un quelconque inconnu qui aurait pu admirer ses débâcles de la veille. Elle sursauta quand une main ferme s'accrocha à son épaule. Elle se retourna vivement et tomba nez à nez avec le soldat qu'elle venait tout juste de croiser.

« Vous êtes bien Peronelle Persian ? »

La barde acquiesça. Que pouvait bien encore lui vouloir un nouveau soldat ?

« Monsieur Isuldor a du s'absenter, mais il m'a chargé de vous remettre ceci de la part de mon supérieur, messire Folden. »

Sur ces mots il tendit un morceau de parchemin soigneusement plié en trois. Il recula d'un pas pour permettre à Peronelle de lire sans qu'elle ne se sente observée. Surprise, elle le déplia délicatement et découvrit une écriture soignée.

« Chère Mademoiselle Persian,

Vous avez fait mention d'un service que vous me deviez, et je sais ce que j'aimerais-vous demander. Voyez-vous, il y a dans deux jours un bal au Temple pour fêter la date Anniversaire du dieu Thorvald. J'aimerais vous y inviter. Bien sur, nulle obligation de votre part d'accepter. Mais je serais votre obligé si vous m'honorez de votre présence ce soir-là.

Folden Baal

Chevalier de Malacombe »


Peronelle relut une seconde fois la lettre puis la replia rapidement. Elle ne s'attendait pas à ce que le chevalier Folden lui demande un tel service, bien que ce ne soit pas pour lui déplaire que de passer un peu plus de temps en sa compagnie. Légèrement gênée, elle se tourna vers le soldat qui attendait droit derrière elle.

« Je vous remercie. Mais pouvez vous m'indiquer l'heure ? Je crains d'être en retard car j'ai rendez vous à la Chevalerie et je ne sais comment m'y rendre. »

« Ne vous ne faites pas, je vais vous y accompagner. Si nous partons immédiatement, nous ne serons pas très en retard. »

La barde se leva sur le champ, prête à suivre le soldat. Celui ci sortait déjà de la taverne, visiblement inquiet à l'idée d'être en retard. Peronelle trottina à sa suite pour maintenir la distance. Le jeune homme se retournait de temps en temps pour voir si elle suivait bien le rythme et elle s'efforçait de le rejoindre. Cependant elle se perdit vite dans ses pensées, fixant les pieds du garde devant elle.

Un bal. Cela signifiait danser. Et Peronelle était loin de savoir se servir de ses pieds comme de ses mains sur un instrument. Elle soupira. Déjà qu'elle ne pouvait refuser cette invitation, ou plutôt qu'elle ne le voulait pas, Folden se rendrait bien vite compte que la compagnie de Peronelle ne serait pas à la hauteur. Quand elle releva la tête, le soldat n'était plus là. La barde paniqua. Etait-elle perdue ? Elle n'avait vraiment pas besoin de ça en plus... Elle tourna sur elle même en quête d'un quelconque indice.

Elle se trouvait en réalité en face de la chevalerie. Le soldat en sortit et haussa les sourcils.

« Vous venez ? »

Intimidée, Peronelle entra. Le bâtiment était déjà impressionnant de l'extérieur, l'aspect austère de l'intérieur effrayait presque la barde. On l'appela près d'une espèce de comptoir où un vieux soldat l'interrogea sur les événement de la veille. Elle lui raconta tout, en espérant ne rien oublier. L'homme lui demanda d'attendre quelques instants, le temps qu'il cherche ses affaires.

Les longues minutes que Peronelle passa à attendre lui permirent de réfléchir encore une fois à l'invitation faite par le chevalier. Lorsque le vétéran revint, elle était décidée à accepter de l'accompagner au bal. Elle récupéra sa besace qui contenait quelques effets personnelles et son cher luth. Elle oublia presque immédiatement la présence de l'homme et accorda son instrument. Elle ne se rendit même pas compte que son sac était alourdi par une toute nouvelle bourse bien remplie. Perdue dans ses pensées et les yeux rivés sur son instrument, elle demanda :

« Pouvez-vous m'indiquer où je peux trouver le chevalier Folden Baal ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Jeu 23 Oct - 22:14

HRP:
 

*** Alistair ***

Je venais à peine de prendre mon service que voila ces deux zigotos de collègues qui s'approchaient de moi.

-Qu'est-ce que vous me voulez encore ?

Je m'attendais à tout sauf à un :

- Messire Folden aimerait que tu ailles le rejoindre à la taverne de la chope d'argent.

Aucun ton agressif ni vaniteux. En regardant de plus près leur expression, je vis qu'ils étaient épuisés. Sans doute trop pour avoir l'énergie de m'ennuyer.

- Il a dit pourquoi ?

Ils soupirèrent et mirent leurs mains dans leurs poches.

- Nan. Mais c'est sans doute pour veiller à ce qu'il n'arrive rien à sa chouchoute.

L'autre garde rajouta :

- Ouais. Il a l'air d'être tombé amoureux. Un vrai don juan cette nuit. Mon petit doigt me dit qu'on les verra de nouveau ensemble ces deux-là.

Le premier garde lui mit une claque sur le crâne.

- T es con de dire des choses pareilles Roger. Même si c'est pas faux. Elle doit venir ce matin à la Chevalerie. Alors forcément qu'on la recroisera. Enfin.. Pas moi. Moi je vais me coucher. Cette histoire m'a épuisé.

Ils commencèrent à partir, alors je lança, curieux :

- Quelle histoire ?

Ils levèrent tous les deux une main en l'air, en signe de salut et d'une même voix :

- Ha ça ! Demande à Folden si tu l'oses.

Ils rigolèrent et finirent par quitter mon champ de vision.

Demander à Folden. Ils ne manquaient pas de culot. À cet homme on ne demandait rien. Lui nous demandait, et c'était un honneur de servir un homme tel que lui. Je connaissais son passé, je l'avais déjà servi et je le respectais pour ce qu'il était. Mais trêve de bavardages. Il m'attendait, et on ne le fait pas attendre.

Je traversai la ville jusqu'à la taverne et arrivai devant le lieu. La porte avait l'air fermé, et aucune trace de Messire Folden. M'avez t il joue une mauvaise blague ces deux-là . Je m’apprêtais à faire demi-tour quand la porte de la Taverne s'ouvrit sur un Chevalier facilement reconnaissable. Folden. Il ne portait pas son casque. C'était rare. Cette affaire avait l'air sérieuse. Je m'approchai de lui.

- Messire Folden !

Arrivé à son niveau je le saluai.

- On m'a demandé de vous rejoindre.

Il me salua. Il avait l'air fatigué lui aussi. Mais on pouvait distinguer sur son visage un certain contentement. Il avait l'air heureux. Mais il reprit vite son sérieux.

- Oui. Pourriez-vous rester dans le coin et vous assurez qu'il n'arrive rien de fâcheux à Mme Persian, la barde ? Veillez à sa sécurité, et discrètement si possible.  Elle doit venir à la Chevalerie dans la matinée. Si elle a l'air perdue, proposez-lui votre aide. Mais ne lui dites pas que c''est moi qui vous envoie. Compris ?

Je lui adressai de nouveau un salut.

- Bien Messire !

Il prit son casque et commença à le remettre sur sa tête.

- Bien. Rompez soldat.

Il partit en direction de la Chevalerie. Je l'observai un moment s’éloigner. On sentait qu'il était fatigué. Ses pas étaient moins rythmés qu'a l'ordinaire. On ferait la même chose à l'entrainement, ça serait le premier à nous tomber dessus. Mais sans doute commençait il a se faire vieux.

Je secouai vivement ma tête pour faire sortir cette idée de mon crâne. Non, il était juste épuisé. Après un peu de repos il irait mieux !

J'attendis un peu dehors que l'aube se lève, et vit les premiers travailleurs se diriger vers la taverne boire leur kawa avant d'aller travailler. Je me joignis à eux et commandai la même chose.

J'étais peut-être en service, mais si je devais attendre le réveil de Mme Persian autant que ça soit autour d'une boisson chaude et non alcoolisée.

Je m'installai au bar. Le propriétaire du nom d'Isuldor s'approcha de moi et me servit.

- C'est Messire Folden qui vous envoie ?

Je lui répondis par l'affirmative.

-Bien. Mademoiselle Persian dort à l'étage, chambre du fond à droite. Je devrais sans doute m'absenter chercher le poisson aux quais tout à l'heure. Si elle se réveille pendant mon absence, remettez-lui ce pli.

Il me tendit un papier plié en trois.

- C'est un message de Messire Folden adressé à Mme Persian. Interdiction de le lire hein ? Vous lui remettrez.

Il s'éloigna servir les autres clients. Le temps passa. Et ce que m'avaient dit les deux autres se répétait inlassablement dans ma tête. Et l'envie de lire ce courrier non scellé me mettait au supplice. Qu'est-ce qu'il lui avait écrit ?
Ma conscience me disait que ce n'était rien. Sans doute un message concernant... J'avais beau chercher, je ne savais pas ce qu'il y avait dans ce texte. Mais si je le lisais, je briserais la confiance que Messire Folden avait mise en moi. Mais il n'en saurait rien n'est ce pas si je le lisais . Sauf si ça m'échappait devant lui... Rah !!!

Je mis le papier dans ma poche et montai à l'étage. Midi approchait, et les bureaux de la Chevalerie allaient fermer pour la matinée. Peut-être devrais-je la réveiller ?

Je m’approchai de sa porte et me préparai à toquer. Quand me revinrent à l'esprit les derniers mots de Folden. " Discrètement si possible"

Tant pis, j'attendrais devant sa porte. Oui je sais, on peut faire plus discret, mais c'est pour assurer sa sécurité. Et puis je n'ai jamais vu cette dame. Au moins je serais sur de ne pas me tromper.

Au bout de quelques minutes un bruit se fit entendre à l'intérieur. Une avalanche de couleurs franchit la porte en me lâchant un " Bonjour..."

Je la poursuivis jusqu'en bas. Ou pressée, elle attendait au comptoir sans doute la venue d'Isuldor qui s'était absenté.

- « Vous êtes bien Peronelle Persian ? »

Elle acquiesça, l'air préoccupée.

« Monsieur Isuldor a du s'absenter, mais il m'a chargé de vous remettre ceci de la part de mon supérieur, messire Folden. »

Je lui tendis le papier plié en trois, que finalement je n'avais pas lu. J'avais résisté à cette tentation. Qui maintenant était devenu : Lit en même temps qu'elle. Mais je fis un pas en arrière pour ne pas succomber à mon incroyable curiosité. Car comme me l'a souvent dit la Chevalerie : Curiosité mal placée ne nuit qu'à soi-même.

Je l'observai. Elle avait un certain charme. De beaux cheveux. Et sa tenue un peu débraillée lui donnait un certain style. Je comprenais que Messire Folden l'apprécie. Enfin... Il ne me l'avait pas confirmé, et je ne me basais que sur les suppositions de deux gardes aux trois quarts endormis.

Elle finit de lire le message et me regarda.

« Je vous remercie. Mais pouvez vous m'indiquer l'heure ? Je crains d'être en retard car j'ai rendez vous à la Chevalerie et je ne sais comment m'y rendre. »

Elle avait aussi une jolie voix.

« Ne vous ne faites pas, je vais vous y accompagner. Si nous partons immédiatement, nous ne serons pas très en retard. »

Je passai devant et sortis de la taverne. Après m'être assurée qu'elle me suivait, je pris les devants.
On arriva devant le local de la chevalerie et je rentrai. Seul... Et merde...
Je fis demi-tour et la vit au milieu de la place, perdue.

« Vous venez ? »

Sur son visage je pus voir un sourire. Elle était sans doute heureuse de ne pas s'être perdue. Ou alors espérez t elle tombé sur Folden. Dans ce cas, elle tombera peut-être sur un os. À cette heure-ci en général il est chez le haut prêtre Leith Ferir. Il mange avec lui tous les midis si possible. On était nombreux à le savoir.

Je la laissai s'approcher de l'accueil, ou un scribe, ancien de la chevalerie trop âgé pour être sur le terrain l'écouta, nota son rapport et lui rendit ses biens.

Pendant tout ce temps-là, je m'étais appuyé sur une poutre. J'abusais un peu de la situation car Messire Folden ne m'avait pas souligné quand arrêter ma surveillance, et cela me permettait d'en savoir un peu plus sur ce qui s'était passé cette nuit. Ce qui d'ailleurs s'avéra très intéressant.

Je pensais qu'on en avait fini lorsqu'elle demanda au Scribe :

« Pouvez-vous m'indiquer où je peux trouver le chevalier Folden Baal ? »

Ainsi je n'avais pas tort. Elle désirait aussi le voir. Peut-être était elle tombé aussi sous son charme. Mais comme je l'avais dit précédemment, je doute qu'il soit disponible.

La réponse du scribe m'étonna.

"  Messire Folden vient d'arriver. Il vous attend dans son bureau. Si vous voulez bien me suivre."

Il se leva tant bien que mal.

" Quand à vous Alistair, Messire Folden vous remercie de votre aide et dit que vous pouvez retourner vaquer à vos occupations."

Ça y est, voila ou cela s’arrêter pour moi. Mais peut-être aurais-je l'occasion de recroiser ce beau monde un autre jour.

Le scribe accompagna Mme Persian au bureau de Folden.

*** Folden Baal ***

J'étais revenu de ma réunion avec le Haut prêtre il y a peu. J'avais décliné son offre habituelle de manger avec lui, prétextant une grosse masse de travail qui m'attendait à la Chevalerie.
Comme toujours, il déclara que je devais faire sous-traiter le travail. Que je ne serais pas toujours là. Et que déjà, il le faisait bien faire quand il avait besoin de moi ailleurs sur le long terme.
Je n'osais pas lui avouer que j’espérais surtout la réponse d'une certaine Barde à une invitation.

À mon arrivée à la Chevalerie, je demandai au scribe si elle était passée. Il me répondit par la négative.

- Pouvez-vous lui dire que je suis dans mon bureau si elle me demande ? Et renvoyez Alistair à ses occupations en le remerciant de son aide.

Il acquiesça. Je partis m'occuper de mes papiers en attendant sa possible venue. J'enlevai mon casque que je posai sur le rebord de la cheminée et commençai à essayer de trier ces papiers mais ce n'était pas évident avec ces pensées en tête.
Je décidai de faire une pause et de regarder par la fenêtre le temple. J'en avais une très bonne vue depuis mon bureau.

J'étais perdu dans cette vue quand on toqua à ma porte. Peut-être elle ?

- Entrez !

C'était elle, accompagné du scribe.
Je renvoyai le scribe et lui présenta le siège en face de mon bureau. Il était un peu vieux, mais il servait aussi peu. Les chevaliers en armure évitaient de s’asseoir sur ces sièges qui ne supporteraient pas leurs poids. Ils étaient plutôt là pour les invités ou les hors-la-loi de notre belle cité.

-Asseyez-vous Mme Persian. J'espère qu'Alistair s'est avéré utile et pas trop curieux. On vous a rendu tous vos biens ? Avez-vous eu mon mot ?


C'était beaucoup de questions, je m'en doutais. Mais je ne tenais plus, je me devais de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Ven 24 Oct - 15:23

«  Messire Folden vient d'arriver. Il vous attend dans son bureau. Si vous voulez bien me suivre. »

Peronelle n'écouta pas ce que le vieil homme ajouta à l'attention du dénommé Alistaire et releva la tête. Le scribe lui indiqua le bureau du chevalier et la précéda pour l'y accompagner. La barde accrocha son luth à son sac, prit une grande inspiration et le suivit d'une démarche qu'elle voulait sûre.. Ce qui était loin d'être le cas. Arrivant dans le bureau, elle baissa les yeux, n'osant pas croiser le regard de Folden. Il renvoya le vieil homme.

« -Asseyez-vous Mme Persian. J'espère qu'Alistair s'est avéré utile et pas trop curieux. On vous a rendu tous vos biens ? Avez-vous eu mon mot ? »

La barde s'installa dans le fauteuil que lui indiquait le chevalier. Il semblait vieux et fragile, mais il était très confortable. Lorsqu'elle releva enfin la tête, elle remarqua que Folden n'avait pas revêtu son casque, ce dernier siégeant sur le rebord d'une cheminée. Il semblait rassuré ; voilà qui rassura la barde. Elle ne dit rien pendant quelques instants, scrutant le visage de l'homme en face d'elle. Elle se décida à lui répondre, intimidée, quand elle découvrit l'attente sur son visage.

« Merci. Le soldat Alistair a été très utile en effet. Toute seule, j'aurais bien été capable de me perdre ! - Elle rit, presque pour se détendre. - J'ai bien récupéré toutes mes affaires et je suis bien contente d'avoir retrouvé mon luth. Je le quitte très rarement... »

Sur ces mots, elle passa discrètement une main sur le manche de l'instrument pour s'assurer qu'il était bien là. Venait donc le moment fatidique, l'invitation au bal...

« Il m'a également remis votre mot, puisque monsieur Isuldor n'était pas là. »

Elle baissa les yeux et se mit alors à parler rapidement :

« Je vous accompagnerai avec plaisir, je ne saurais refuser votre invitation. Je resterais donc en ville. Je pense pouvoir m'arranger avec monsieur Isuldor pour conserver la chambre jusque là, en échange de quelques services, s'il le veut bien. D'ailleurs, il faudrait que j'aille le trouver rapidement pour le lui demander, je ne peux décemment pas me faire inviter ou héberger sans frais plus longtemps. »

Peronelle se releva en trombe, précipitant plusieurs papiers, précédemment bien empilés, au sol. Elle s'accroupit immédiatement pour les ramasser en un tas incertain et soupira.

« Oh non, je suis vraiment, vraiment désolée ! »

En se relevant, elle se cogna contre la table mais posa son tas de feuilles sur le plateau. Elle repoussa la chaise près du bureau et s'inclina vers l'avant, le souffle court.

« Je ferais mieux de m'en aller avant de créer de nouvelles catastrophes, excusez moi ! »

La barde recula jusqu'à la porte.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Dim 26 Oct - 13:49

Elle s'installa dans le siège que je lui avais proposé. Elle avait l'air d'une personne ayant quelque chose à se reprocher. Les yeux baissés.
Je connaissais un peu cette histoire de langage corporel. Le Haut prêtre me l'avait enseigné pour le besoin de certaines missions qu'il me confiait.

Je lui laissai le temps de prendre ses aises pour ne pas la brusquer. Elle finit par réussir à lever les yeux vers moi.

- Merci. Le soldat Alistair a été très utile en effet. Toute seule, j'aurais bien été capable de me perdre !

Elle eut un petit rire qui sonnait un peu faux. Un peu forcé.

- J'ai bien récupéré toutes mes affaires et je suis bien contente d'avoir retrouvé mon luth. Je le quitte très rarement...

Elle eut un geste vers son instrument, comme pour s'assurer de sa présence, qui avait l'air de la réconforter.

- « Il m'a également remis votre mot, puisque monsieur Isuldor n'était pas là. »

Le fameux moment était venue. Je sentais mon cœur s'emballer. J'étais aux aguets, attendant sa réponse, et l’espérant positive.

- Je vous accompagnerai avec plaisir, je ne saurais refuser votre invitation. Je resterais donc en ville. Je pense pouvoir m'arranger avec monsieur Isuldor pour conserver la chambre jusque là, en échange de quelques services, s'il le veut bien. D'ailleurs, il faudrait que j'aille le trouver rapidement pour le lui demander, je ne peux décemment pas me faire inviter ou héberger sans frais plus longtemps.

Un instant je faillis me lever de contentement.
Elle avait dit oui ! Elle avait accepté ! Il faudrait que je lui trouve une robe digne de sa grâce. Je pourrais sans doute même la présenter au Haut prêtre.
Enfin... À cette pensée, mon excitation baissa d'un cran. J'allais peut-être un peu vite en besogne.
Je me recalai au fond de mon siège. Je sentais une goutte de transpiration couler sur mon front, mais l'ignorai, espérant qu'elle ne le verrait pas.

Elle se leva en trombe. Mince. Elle devait avoir vu cette goutte. Ou alors mon geste précédent dû à mon excitation lui avait fait peur.
Et dans son geste, elle fit tomber des papiers. Les mêmes que je n'avais point réussis à trier tout à l'heure. Elle se baissa pour les ramasser.

- « Oh non, je suis vraiment, vraiment désolée ! »

Je me levai pour l'aider et elle se releva brusquement. Heurtant la table. Légèrement étourdie par le choc elle posa le tas de feuilles sur la table.

- « Je ferais mieux de m'en aller avant de créer de nouvelles catastrophes, excusez moi ! »

Elle commença à reculer vers la porte. Je ne désirais pas la voir partir si vite.
Mais le bruit avait attiré l'attention d'un garde qui passait dans le couloir. Il ouvrit la porte, bloquant Mme Persian.

- Tout va bien Messire ?

Intérieurement je le remerciai.

- Tout va bien. Merci.

Je m'approchai de Mme Persian et lui attrapa la main gentiment.

- Mme Persian, vous n'allez pas partir comme ça.

Le garde se sentant de trop referma la porte et partit.

- Nous n'avions pas fini notre discussion. Je tenais à vous dire de ne pas vous inquiéter pour Isuldor, je m'en occuperais personnellement.

J'avais envie de lever sa main à mes lèvres pour lui faire un baise main, mais je me retins. Cela risquerait de la faire fuir. Alors je me contentai de la regarder dans les yeux.

-Je ne suis pas de service ce soir, alors que diriez-vous d'un repas ensemble . Je vous laisse choisir le lieu bien évidemment, mais c'est moi qui invite.

Je baissai les yeux gênés.

- Enfin si cela vous dit. Je ne voudrais pas vous étouffer en me montrant trop proche. Je vous ai déjà demandé beaucoup avec ce bal.

Mon instinct hurlait que j'allais trop loin. J'essayai de me rattraper.

- Prenez le temps d'y réfléchir. Je serais chez moi à partir de 17h. Je vous donne mon adresse.

À cet instant, je me suis dit que j'avais fait une sottise. Pas de vouloir lui donner mon adresse. Mais que pour lui noter, il me faudrait lui lâcher la main. Et j'avais peur qu'elle s'envole à ce moment-là. Mais je pris mon courage à deux mains et pris le risque. Si elle s'envolait, c'est que j'avais sans doute trop voulu l'avoir tenu en cage.

Je la lâchai et m'approchai de mon bureau. Je pris une plume et un bout de parchemin et commençai à noter mon adresse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Dim 26 Oct - 23:25

Peronelle sursauta lorsque la porte s'ouvrit brusquement derrière elle. La main sur le cœur, elle chercha à éviter le regard inquisiteur du soldat tout juste entré.

« Tout va bien Messire ? »

Alors même que Folden rassurait le garde, il prit la main de la barde dans la sienne. Peronelle regarda alternativement les deux hommes, pétrifiée par l'incompréhension.

« Mme Persian, vous n'allez pas partir comme ça. »

Elle sursauta une nouvelle fois lorsque la porte se referma derrière elle. La barde était mal à l'aise. Certe, elle n'était pas insensible au charme du chevalier, mais elle se sentait comme une enfant qu'on cherche à tout prix à protéger ou surveiller. Elle croisa son regard et elle baissa automatiquement les yeux. Son visage était rassurant mais elle avait presque besoin d'un surplus d'autorité.

« Nous n'avions pas fini notre discussion. Je tenais à vous dire de ne pas vous inquiéter pour Isuldor, je m'en occuperais personnellement. Je ne suis pas de service ce soir, alors que diriez-vous d'un repas ensemble . Je vous laisse choisir le lieu bien évidemment, mais c'est moi qui invite. »

« Heu.. attendez.. »

Elle releva la tête et vit qu'il avait baissé les yeux. Elle n'eut pas le temps de continuer qu'il reprit déjà.

« Enfin si cela vous dit. Je ne voudrais pas vous étouffer en me montrant trop proche. Je vous ai déjà demandé beaucoup avec ce bal. Prenez le temps d'y réfléchir. Je serais chez moi à partir de 17h. Je vous donne mon adresse. »

La voilà complètement désorientée. Lorsqu'il lui lâcha la main, qu'il avait gardé dans la sienne, Peronelle eut comme un mouvement de recul. Ce contact était devenu chaleureux et avec sa main libérée, elle éprouvait une sorte de vide. La barde passait par toutes les émotions sans même les comprendre. Elle resta immobile sur place alors que le chevalier s'approchait du bureau pour inscrire son adresse sur un bout de papier, comme il l'avait dit précédemment, et suivait sa main du regard.

En un sens, elle aimerait bien passer plus de temps avec lui. Mais en même temps, elle ne pouvait pas dépendre encore plus de cet homme qu'elle ne connaissait qu'à peine. La barde se mit à jouer avec ses mains, les triturant et les tordant en tout sens.

« Att..attendez, messire Folden.. Je ne peux rester à votre charge plus longtemps, vous ne devez en aucun cas vous sentir obligée de prendre soin de moi.. Je me prend en charge depuis longtemps maintenant, et je sais me débrouiller seule. »

Peronelle avait parlé d'une petite voix précipitée, craignant qu'il ne se retourne et qu'elle n'ait à affronter son regard. Au bord de la panique, elle se retourna vers la porte. La main sur la poignée, elle hésita encore un instant. Elle continua, comme dans un murmure :

« Ne croyez pas que je cherche à vous fuir, loin de moi cette idée. Nous nous reverrons au bal, vous pouvez compter sur ma présence. A bientôt, messire Folden. »

Sur ces mots, elle respira un grand coup et sortit de la pièce en prenant bien soin de fermer la porte derrière elle. La barde chercha à s'éloigner le plus vite possible de la porte tout en évitant les regards appuyés que lui lançaient presque tous les soldats présents. S'imposant une démarche calme et assurée, elle remercia le vieil homme qui lui avait remis ses affaires et sortit de la Chevalerie.

Elle prit la première rue qui se présenta à elle et s'arrêta pour reprendre son souffle. Peronelle n'était pas fatiguée physiquement, mais cette matinée avait été riche en émotions encore une fois et elle était dans tout ses états.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Lun 27 Oct - 16:31

J'avais trouvé ma plume et on pouvait commencer à entendre le bruit habituel de son contact avec le papier. Quand sa voix résonna dans la pièce.

- Att..attendez, messire Folden.. Je ne peux rester à votre charge plus longtemps, vous ne devez en aucun cas vous sentir obligée de prendre soin de moi.. Je me prend en charge depuis longtemps maintenant, et je sais me débrouiller seule.

Je fis une pause dans mon écriture. Attendant ce qui semblait être le prémisse d'un refus.
Et chuchotant presque, elle poursuivit :

- Ne croyez pas que je cherche à vous fuir, loin de moi cette idée. Nous nous reverrons au bal, vous pouvez compter sur ma présence. A bientôt, messire Folden.  

La porte du bureau claqua, et des bruits de pas s'éloignant précipitamment du bureau se firent entendre.

Je reposai la plume délicatement sur son socle. Il ne servait à rien que je finisse d'écrire. Et m'installa dans mon fauteuil.
J'avais bien dû rester une demi-heure dans un mode de semi-absence. Dans mes pensées.
Je me reprochais ma rapidité à vouloir la courtiser. Mais c'était plus fort que moi. J'avais cette envie de vouloir la protéger. Elle me faisait penser à un être innocent, doux mais qui manque un peu d'expérience.
J'avais rarement, voire ainsi dire jamais ressenti une telle chose auparavant. Les habitants de Malacombe sont en général plus... comment dire... Ils ne sont pas comme elle.
Et je n'ai pas l'habitude de réagir comme ça. Tout ceci était nouveau pour moi. Jusqu'à présent mon devoir passer toujours avant ma vie personnelle.

On toqua à la porte.

- Entrez.

Le scribe entra portant une liasse de papiers.

- Voici le compte rendu de l'affaire du Port avec Syrus Pourfendeur. Les coups que ça nous a engendré, les noms des soldats mobilisés et de tous ceux ayant participé au déchargement. Vous avez aussi tous les délits commis par celui que Mr Syrus a tué. Comme vous me l'aviez demandé.

Il posa tout ça sur mon bureau, remis ses binocles en place et regarda d'un air observateur tous les documents qui attendaient mon bon vouloir.
Il fit une grimace d'inquiétude.

- Vous êtes sur Messire de tout vouloir faire seul ? Je pourrais vous aider.

Je le regardai, souriant. Il devait approcher des 60 ans, Il se tenait le dos courbé.

- Ne vous inquiétez pas Talis. Vous en faites déjà beaucoup pour l'ordre. Allez plutôt vous reposer.

Il me fit un sourire et me gronda presque.

- Messire Folden, je ne suis pas aussi sénile que vous le pensez. Je peux encore vous être utile pour ces dossiers.

Il prit sans me demander mon avis les papiers que Mme Persian avait précédemment  fait tomber. Commença à repartir vers la porte et se tourna une dernière fois vers moi.

- Et puis je crois que votre esprit n'a pas la tête à ça.

Je pus l'entendre rajouter juste avant qu'il ne ferme la porte :

- C'est une bonne chose qu'il s’intéresse finalement à une femme.

La porte se ferma.

- Il ne changera donc jamais.

Je l'aimais bien au fond. C'était un brave homme. et ces paroles avaient éclairci un peu la peine que j'avais.
Je pris le tas de documents qu'il venait de poser et commença à m'y atteler. Essayant de mettre de côté l'image de Peronelle qui ne voulait pas quitter mon esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Lun 27 Oct - 22:44

La barde avait rapidement prit le chemin de la taverne. Elle ne voulait pas croiser par hasard le chevalier qui la courtisait et affronter sa peine.. Peronelle savait très bien qu'elle avait blessé Folden, ce n'était pas volontaire. Tout cela était simplement trop précipité pour elle. Elle soupira ; elle venait de se rendre compte qu'elle était perdue.

Elle tenta d'abord de revenir sur ses pas, en vain. Impossible de retrouver la Chevalerie, et elle osait encore moins demander son chemin. Il fallait qu'elle s'assume toute seule, et elle retrouverait son chemin toute seule, coûte que coûte. Elle erra de longues heures dans la ville, perdue dans ses pensées pour au final ne même plus chercher à se repérer. La nuit tombait et Peronelle était affamée lorsqu'elle rejoint enfin la Taverne de la Chope d'Argent.

Monsieur Isuldor était derrière son bar, prêt à servir ce qu'on lui demanderait. La salle principale de l'auberge était comble. C'est avec difficulté que Peronelle se fraya un chemin jusqu'au comptoir. Elle jeta un petit sourire au tavernier pour attirer son attention.

« Madame Persian ? Que faites vous là ? Nous ferez vous l'honneur d'un de vos spectacle ce soir ? »

Peronelle secoua négativement la tête.

« Pas ce soir, Messire Isuldor, je suis navrée. J'aimerais, si c'est possible, reprendre ma chambre pour les deux jours à venir, j'ai besoin de repos et je dois rester en ville. Oh ! Et j'ai de quoi vous payer, cette fois ci. »

L'homme insista tout de même pour lui faire sa chambre à la moitié de son prix, comme il le faisait « pour ses amis ». Flattée, Peronelle le remercia et glissa tout de même quelques pièces supplémentaire lorsqu'elle le paya à l'avance. Isuldor l'accompagna jusqu'à sa chambre et lui souhaita la bonne nuit.

C'est dans l'attente de la suite des événements que s'endormit enfin Peronelle, l'esprit focalisé sur le bal, et sur le beau chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chevalier
Messages : 35
Date d'inscription : 01/09/2014

Personnage
Âge: 36 ans
Métier: Chevalier de Malacombe
Armes: Épée Bâtarde et Bouclier
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Mar 28 Oct - 18:03

*** Narrateur ***
La journée avait rapidement fini. Le chevalier pouvait enfin lever les yeux de son bureau. Il avait fini ses papiers en retard. Il signa le dernier formulaire et prit tous les documents en main. Il lui fallait encore les déposer au bureau de Talis, le scribe.

*** Folden Baal ***

Je me levai et me dirigeai vers la porte, que je réussis à ouvrir tant bien que mal avec les documents en main et me retrouva dans le couloir.
À cette heure ci, il n'y avait plus grand monde à la chevalerie. Je traversai le couloir et retournai à l'accueil où j'y trouvai le bureau de Talis. Le scribe n'était plus là. Il devait avoir fini son service.

Son bureau était propre. Aucun dossier ne traîner. Je posai les documents bien en ordre sur son bureau et sortis de la chevalerie.

Je connaissais quelques commerçants et parmi eux une couturière du nom de Béatrice. Arrivant devant son magasin je vis qu'il était fermé. J'osai quand même toquer à la porte.

- Nous sommes fermés ! Revenez demain !

Elle regarda quand même par la fenêtre qui était là et me reconnut.

- Oh c'est vous Messire Folden ! Attendez, je vais vous ouvrir.

Un bruit de verrou après, la porte s'ouvrit.

- Entrez, entrez. Que puis je faire pour vous ?

Je rentrai. Préférant ne pas exposer ma vie privée dans la rue.

- Bien le bonsoir Dame Béatrice. Voila, j'aimerais vous soumettre une requête.

Un peu embêté de demander ça, je pris quelques secondes avant de rajouter :

- J'ai invité une dame au Bal qui va bientôt se dérouler au temple, et j'aimerais lui offrir une robe pour la soirée. Pourriez-vous m'aider ?

Un éclair de génie illumina ses yeux.

- Mais bien sur !

Elle commença à se diriger vers ses rouleaux de tissu.

- Une préférence de couleur ? Ha oui, j'oubliais, il me faut ses mensurations. C'est le plus important.

Mon visage devint rouge.

- Ses... mensurations ? Ha oui... Mais je ne les connais pas.

Elle se rapprocha de moi en faisant du bruit avec son ciseau.

- Ce n'est pas grave Messire Folden. Envoyez la moi et je verrais ça avec elle.

Elle avait raison c'était le plus simple.

- Vous avez raison. Je vous l'enverrais. Vous ne pourrez pas la manquer. Une aussi belle dame Rousse, je ne pense pas que vous en verrez deux dans la journée.

Elle rigola.

- Bien Chevalier. Nous vêtirons cette noble dame à en faire pâlir toutes les autres.

Je remerciai Dame Béatrice et sortis de son échoppe. Il ne me manquait plus que passer vite fait à la taverne de la chope d'argent prévenir Isuldor, et je pourrais rentrer chez moi.

Connaissant bien la ville, il ne me fallut pas longtemps pour y arriver. Je trouvai mon ami aubergiste en train de se faire gronder par sa femme. Ce qui me donna une idée. Peut-être que sa femme comprendrait mon souci et arriverait à en parler à Peronnelle sans qu'elle sente encore que je suis sur son dos.

- Mme Annabelle.

Elle arrêta de poursuivre son mari avec sa poêle.

- Tiens ! Messire Baal. Ne vous inquiétez pas pour mon mari, il en a vu d'autres.

Les personnes présentes dans la salle eurent un grand éclat de rire. Moi aussi. Même si Isuldor n'eut pas l'air d'apprécier.

- J'aimerais vous parler d'un sujet qui me tient à cœur. Pourriez vous m'accordez deux minutes ?

Elle posa sa poêle sur le comptoir.

- Oui, mais pas plus hein, j'ai un gigot sur le feu.

Quelques-uns des hommes présents firent un bruit de déglutition. Tout le monde ici devait connaître les talents de cuisinière d'Annabelle. Et il faut dire qu'elle se débrouillait bien.

- Je vous en prendrais un bout promis, si vous me rendez un service, disons personnel.

Elle me fit signe de la suivre en cuisine.

- Bien. Expliquez moi tout.

Je lui expliquai l'invitation que j'avais faite à Mme Persian. Son acceptation, et ma volonté de lui fournir une robe. Et ma difficulté à l'envoyer se faire prendre des mensurations sans que ça paraisse louche.
Elle hocha la tête tout du long en surveillant la cuisson de sa viande.

- Je comprends. Et j'ai le moyen de résoudre votre soucis.

Un air ravit put se lire sur mon visage.

- Je suis allé faire sa chambre ce matin après son départ et j'ai vu que sa garde-robe se composer uniquement de ce qu'elle porter. Je pourrais l'inciter à aller voir votre couturière.

En voilà une très bonne idée ! Et puis ça me désolait de savoir qu'elle avait si peu de rechange.

- Je vous fais confiance pour ça Madame. Et si besoin, je peux passer quelques pièces pour qu'elle se fournisse un peu aussi en habits.

Son gigot était cuit. Elle le sortit du four et le posa sur la table, commençant à le couper en tranches.

- N'en faites pas trop messire. C'est une gentille fille, mais elle n'est pas idiote. Elle se doutera bien d'où ça vient si c'est trop généreux. Laissez-la payer ses propres habits. Elle se sentira plus autonome, et nous les femmes ont aiment ça. Et offrez-lui la robe, car on aime aussi les cadeaux.

Elle me tendit un morceau de gigot.

- Tenez voila pour vous. Mangez pendant que c'est chaud. Et mangez ici. Si elle vous vous en rentrant, votre plan est grillé. Alors ce gigot ?

La bouche à moitié pleine, je lui répondis :

- Vous avez.. "munch munch..." raison. Votre gigot est "Munch, munch..." délicieux.

Un grand sourire illumina son visage. Elle rajouta une louche de pommes de terre avec.

- Vous avez besoin de force vous à la Chevalerie. Mangez donc. Je m'occupe de votre histoire. Je lui en parlerais demain matin.

Je finis mon assiette, la remercia et partit bien plus tard chez moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   Ven 31 Oct - 20:54

Cette fois ci, Peronelle s'était levée aux aurores. Elle était encore dans tout ses états depuis ces deux derniers jours et elle comptait bien prendre du temps rien que pour elle. Elle enfila une nouvelle fois ses vêtements de la veille et regretta de n'avoir emmené aucun rechange. La barde eut une pensée furtive pour ses amis qui devaient s'inquiéter à Tarance ; elle aurait une longue explication avec eux dès son retour dans la ville. D'à peu près bonne humeur, elle se dirigea vers la salle principal : son estomac commençait à réclamer son dû.

Elle ne trouva pas âme qui vive à cette heure si, sauf peut-être une femme d'un certain âge qui s’affairait derrière le comptoir, traversant parfois la cuisine en trombe. Lors d'un de ces allers retours, elle remarqua la femme rousse et s'arrêta net, le regard inquisiteur.

« Vous devez être Madame Persian ? »

Peronelle lui sourit à l'affirmative, bien qu'elle n'aime pas qu'on la vieillisse en l'appelant « Madame ». Elle n'était pas encore mariée, et c'était presque une tare à son âge.

« Bonjour ! Pourrais-je petit déjeuner ? »

Celle qui s'appelait en réalité Annabelle retourna en cuisine sans un mot, et lui prépara un plateau en bois sur lequel elle disposa un grand verre de lait et une large tranche de pain de campagne beurré et tartiné de confiture maison. Avant même d'y goûter, Peronelle savait déjà qu'elle allait se régaler.
Annabelle revint et à peine avait-elle posé le plateau que la barde se jetait déjà dessus avec avidité. Dans sa précipitation, elle tacha sa tunique.

« Oh non... »

Lâcha-t'elle entre deux bouchées. Annabelle sauta sur l'occasion.

« C'est dommage, une si belle tunique ! Il y a une couturière à quelques rues d'ici. Elle pratique de très bons prix et saura vous rhabiller ! »

Peronelle resta songeuse en buvant lentement son lait. Il est vrai qu'elle avait cruellement besoin de vêtement en ce moment et maintenant qu'elle avait quelques pièces d'or en trop dans ses poches... Là voilà, la solution ! Elle allait se détendre en faisant les boutiques. Enfin, une boutique. Elle vida son verre d'une traite et se leva.

« Où puis-je trouver cette couturière ? »

Annabelle lui expliqua le chemin qu'elle devait emprunter. Peronelle lui fit même répéter plusieurs fois pour qu'elle enregistre bien le trajet.




La barde se mit immédiatement en route et – Miracle ! - ne tarda pas à trouver. La devanture de la boutique était très simple, mais la couturière profitait d'une grande vitrine pour exposer de magnifiques rubans et rouleaux de tissus. Quand Peronelle poussa la porte, une petite clochette tinta.

Immédiatement, un femme à peine plus âgée que la barde sortit la tête de l'arrière boutique. Son visage s'illumina et le reste du corps suivit d'une démarche dansante !

« Bonjour ! Je suis Béatrice, la couturière. Que puis-je faire pour vous ma belle dame ? »

Chantonna-t'elle. Son visage respirait la joie et sa chevelure blonde suivait gracieusement le moindre de ses mouvements.

« Oh, que suis-je bête, vous avez sûrement besoin de vêtements ! »

Peronelle était bouche bée face à cette tempête blonde. La dénommée Béatrice retourna dans son arrière boutique et ressortit en portant dans les bras une pile de vêtement bien pliés. C'était des vêtements qu'elle confectionnait sur des mesures standards, qui semblait correspondre à la rousse.

« Votre tunique est tâchée, j'ai ce qu'il vous faut ! Enfilez moi ça. »

Docile, la barde s’exécuta et se prit même au jeu. S'en suivit une heure d'essayage en tout genre, bien que Peronelle n'enfilait que tuniques et pantalon, n'aimant pas porter la jupe. Malgré tout elle céda quand la couturière lui proposa pour la quatrième fois de lui coudre une jupe qui allait « forcément vous plaire ! ». C'est à la suite de cette idée de jupe que la barde se souvint qu'elle n'avait rien à porter pour le bal. Elle interpella la couturière.

« Dame Béatrice ! Je dois me rendre à un bal dans peu de jours, et je n'ai rien à porter pour l'occasion. Sauriez-vous.. »

Avant qu'elle ne finisse sa phrase, la couturière avait disparu. Elle réapparut sur l'instant, munie d'une plume, d'encre, de papier et d'un mètre ruban. Elle poussa, bouscula la barde jusqu'à ce qu'elle ait exactement toutes ses mensurations. Lorsqu'elle se redressa, les cheveux ébouriffés, elle souriait.

« Votre robe va être magnifique ! Revenez demain ! »

Peronelle eut un petit sourire.

« N'en faites pas trop, je n'ai pas d'énormes moyens. »

La couturière la rassura et la jeta presque dehors, pressée de commencer son travail. Peronelle n'avait pas eu le temps de choisir un quelconque tissu, Béatrice lui ayant demandé de lui faire confiance. La barde s'en remettrait donc à ses choix. Elle eut tout juste de payer les quelques pièces que coûtait la tenue qu'elle avait acheté qu'elle était déjà dehors, les vêtements dans les bras.

Elle rentra rapidement à la taverne, pressée de pouvoir enfin se changer. Peronelle respirait le frais dans sa nouvelle tunique couleur feuille et son pantalon marron qui s'arrêtait au dessus de la cheville. Lorsqu'elle se vit dans une glace, elle eut la folle impression d'y voir une elfe, créature qu'elle n'avait jamais croisé pour autant. La barde passa le reste de la journée à aider les patrons de la taverne en cuisine ou à faire le ménage. Ils avaient d'abord refuser, mais voyant qu'elle s'ennuyait royalement, ils cédèrent.



Le lendemain, Peronelle se leva tôt et rejoignit rapidement la boutique de la couturière. Elle trouva Béatrice encore à l'oeuvre, qui se redressa dès qu'elle l'entendit entrer.

« Vous tombez à pic ! »

La couturière demanda à Peronelle de fermer les yeux pendant qu'elle ajustait la robe directement sur elle. Lorsqu'elle put enfin les rouvrir, Peronelle resta muette. Dans la glace qui se dressait devant elle, elle découvrit une femme qu'elle ne connaissait pas. Droite, des cheveux roux, elle portait une élegant robe fluide couleur lavande. La barde tourna sur elle même et l'inconnu en fit de même, faisant tournoyer le tissus autour de son corps. La couturière en était même émue.

« Dame Béatrice... C'est vraiment magnifique ! »



Peronelle tenta en vain de payer la couturière. Celle ci refusait catégoriquement que la barde la paie, ça lui faisait " trop plaisir". Elle réussit quand même à glisser une petite somme sur le comptoir avant de s'en aller, presque chassée par Béatrice. Celle ci devait encore régler quelques détails sur la robe, mais lui ferait porter à la taverne dans la journée. La barde rentra alors et reprit d'abord ses activités de la veille pour au final abandonner en début d'après-midi. Elle s'installa dans un coin vide de la salle avec son instrument et joua jusqu'à s'en faire mal aux doigts, l'esprit vide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je proclame mon innocence ! [ PV. Folden ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jude Célestin se proclame président
» Le CEP proclame la victoire de trois Députés au scrutin du 29 mai
» LOUIS XIV PROCLAME LE DUC D'ANJOU ROI D'ESPAGNE / F. Gérard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belium :: Hors Jeu :: Archives :: Rps Archivés-