AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | .
 

 Mésaventures ft. Elrin Cousevent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Archer
Messages : 37
Date d'inscription : 04/06/2013
Localisation : Svartalfheim

Personnage
Âge: 140 ans
Métier: Herboriste
Armes: Arc & flèches / dague
MessageSujet: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   Lun 8 Sep - 0:44



Je voulais partir. A vrai dire, je venais de passer les trois semaines dernières dans le village des elfes noirs. Après une rencontre fortement intéressante et une petite quête qui nous a valu des retournements de situations, j'ai décidé de rester encore un peu dans mon village mais, l'appel de l'aventure m'incitait davantage. Plus les jours passaient et plus mon envie grandissait. Æstatis Novae était la personne la plus intrigante que j'ai pu rencontré. Nous avions des points en commun mais il n'avait pu s'éterniser à Ygnir. Nos chemins s'étaient séparés, un homme ambitieux et mystérieux. Néanmoins, je commençais à devenir folle ici. Je concoctais toujours quelques potions grâce à des herbes trouvées, faisant des mélanges et cherchant de nouvelles recettes. Cependant, le temps était mauvais et je manquais de nouvelles pratiques. Lorsque j'étais plus jeune, Mère me disait trouver des herbes incroyables et inconnues au delà des marais ou alors, dans la forêt. Bien entendu, plutôt que de partir de manière inconsidérée, j'ai préféré prendre mon temps et faire les préparatifs. On ne peut pas vraiment dire que j'avais des amis. Du moins, jusqu'à l'arrivé d'Æstatis avec qui, j'ai pu constater que nos convictions et nos travaux se ressemblaient. Notamment car je suis une elfe noire et qu'ici, les assassinats, les meurtres, les complots sont présents constamment. Belios était l'un de ces couards que je ne pouvais supporter. Le genre de type que je voudrais pouvoir tuer d'un revers de lame. Je désirais souffler un peu, partir de tout ça et pouvoir explorer. On savait que les étrangers n'aimaient guère les elfes noires. Notre réputation est des plus misérables, c'est pour cela que tous les condamnés se retrouvent ici à Ygnir. Les elfes noires vivent dans le village au dessus, à Svartalfheim. J'ai fermé boutique pour une durée indéterminée et cachée quelques effets personnels, histoire d'éviter qu'on me vole le plus important.

Je sortais de Svartalfheim à l'aube, les premiers rayons de lumière occupaient tout l'espace, les étoiles disparaissaient une à une. Les vrais moments de la vie sont ceux qui nous offrent un peu de répit comme aujourd'hui. Seulement, je savais que cela ne tarderait pas. La grisaille et la neige reviendront, nos récoltes prendront un coup et nous aurons encore du mal à nous nourrir. C'est pour cela qu'il fallait que je parte, que je vive par moi-même. Je reviendrais ici lorsque j'en aurai assez. Je devais partir, pourquoi pas même revoir ce cher Æstatis. Notre coopération fut fructueuse et nos efforts nous ont permis une bonne place au sein d'Ygnir. Le loup garou n'était plus, les gens pourront donc se déplacer vers l'Est sans rencontrer ce genre de bestiole avant un moment. J'avançais calmement, mon arc et carquois dans le dos, une sorte de petite valise en cuir contenant quelques vêtements et mes ustensiles d'herboriste. J'avais hâte de voir l'extérieur de cet endroit. Serait-ce malsain et encore plus vile qu'ici ? De toute manière, je n'en avais que faire. Je savais me battre bien que je sois une femme. Je suis celle qui reviendra à Svartalfheim la tête rempli de choses extraordinaires. Prenant un chemin fait avec des planches de bois car l'eau des marais étaient assez profondes. De plus, les sables mouvants en avaient tués plus d'un. Mieux valait être prudente.

[…]


Plusieurs jours s'étaient passés sans trop d’encombre, j'ai du affronter quelques bêtes sauvages car j'avais besoin de me nourrir en route.  Je n'ai croisé personne durant mon chemin mais la solitude commençait à me peser. L'attente était longue, je n'ai récolté que des algues et des branches mouillées. N'ayant trouvé aucune fleur ou quoi que ce soit qui permettrait de faire une potion. Les marais étaient infestés de moustiques et des bruits étranges. Finalement, la peur me tenaillait, je sentais des regards posés sur moi tandis que mes bottes étaient trempés et mes pieds endoloris. Je n'étais pas rassurée et il fallait que je passe à travers une étendue marécageuse. Heureusement, je devais avoir une bonne étoile et je continuais mon périple jusqu'à l'orée d'une forêt. J'en ressortais avec quelques égratignures, le moral en baisse et ma petite valise commençait à me taper sur les nerfs. La personne qui risquerait de tomber sur moi me verrait dans un sale état et avec un caractère bien trempé. Je n'en pouvais plus et il n'étais pas facile de trouver âme qui vive dans ces coins reculés. Je déambulais désormais dans une forêt luxuriante, ressemblant presque à une jungle. La plupart du temps, il avait fait gris mis a part un peu de pluie hier soir. Je n'avais jamais fait escale ailleurs qu'Ygnir. J'arrivais à boire et à me nourrir un peu mais ce n'était franchement pas suffisant. Je préférais m'installer là pour la journée, je n'en pouvais plus de marcher. Créant un abri de fortune, je prépare des feuilles et des branches faisant un toit et une petite paillasse. Cela me servirait pour la soirée. Je ne pouvais pas faire de feu dans un tel endroit, me connaissant je serai capable de créer un incendie. Je m'allongeais sur la paillasse, serrant ma valise alors que mon arc et mon carquois était dans mon dos. Je m'endormais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   Ven 10 Oct - 12:15

La traque continue. J'observe les traces au sol laissées par les fuyards. Ils ne sont plus très loin, je dois continuer. Les lueurs de la lune passent difficilement dans cette sombre jungle. Je me fraye un chemin au travers des lianes et autres plantes à coups d'épée. J'accélère le pas tant que possible, mais ma constitution n'est pas faite pour ces terrains encombrés. Cela fait maintenant 8 heures que je me suis lancé à leur poursuite, et leurs pas m'ont mené dans cette forêt sauvage. Mes pattes me brûlent, et mes yeux ne sont pas habitués à une telle obscurité, m'occasionnant plusieurs rencontre douloureuse avec une branche trop basse ou des épines trop hautes. Je regrette d'avoir laissé mes pierres luminescentes, mais l'urgence de la situation ne m'avait pas laissé le choix.  Il y a des traces de sang sur les feuilles un arbuste. L'un d'eux serait-il blessé ? Cependant, ma direction actuelle me conduit tout droit dans le marais. Il faut que je les intercepte avant sinon, je ne pourrai plus les rattraper. J'augmente la cadence des coups d'épée et je crois finalement les distinguer. Je redouble d'effort pour réduire la distance qui nous sépare. J'arrive finalement à leur niveau.

    Après m'être équipé de mon bouclier, j’assomme le premier brigand à ma portée d'un coup sec sur le haut du crâne. Les 3 autres se sont déjà retournés et mis en formation de combat. Parmi eux, un humain portant une besace sanglante, un homme-chat armé d'une double hache et une elfe noir équipé de 2 dagues noir comme la nuit. Ces 2 derniers fondent sur moi à une vitesse remarquable, tirant avantage de l'obscurité, tandis que l'humain reste en retrait, protégeant son paquet ardemment. Une vive douleur dans ma patte arrière droite me fait sortir de mes pensées. L'adrénaline m'envahit et je n'ai que le temps de lever mon bouclier pour parer un coup de hache frontal qui aurait pu m'être fatal. Oubliant la douleur, je me cambre pour gagner de la hauteur et asséner un puissant coup de sabot au demi-félin qui part heurter violemment un arbre. Je me retourne vers l'elfe en l'assaillant d'innombrables coups qu'elle esquive agilement. En évitant une attaque frontale, elle saute sur le côté et prend appui sur le tronc d'un arbre pour se ruer sur moi et attaquer mon flanc gauche. Je lui assène un violent coup de bouclier qui la met hors d'état de nuire. Je me dirige alors vers l'humain pétrifié de terreur en frappant la tête de l'homme-chat avec le pommeau de mon épée au passage. Une fois arrivé au niveau de cet homme tremblant, ce dernier s'évanouie, faisant tomber son sac souillé au sol.

    Je n'ai qu'à me baisser pour le ramasser, mais ma tête commence à tourner. Je regarde la plaie que m'a infligé la dague, mais elle superficielle. Je passe une main au dessus de l'entaille, et me concentre. Ma main commence à scintiller et je détecte un mal qui me gagne. Du poison. Il me faut un remède rapidement, mais je suis trop éloigné des villes pour pouvoir contacter un guérisseur. Je ne dois pas faillir à ma mission. Je rassemble toutes mes forces et je commence à avancer. La sueur perle sur mon front, et la réalité me parait déformée. Malgré la souffrance physique, je continue de marcher pendant 2 heures qui me paraissent des jours. Soudain, le sol se dérobe sous mes sabots et je m'effondre. J’aperçois un abri de fortune un peu plus loin, je souhaite m'y rendre mais mon corps refuse de bouger. Les premiers rayons de soleil commencent à percer le toit végétal. C'est la dernière chose que je vois avant de sombrer le noir absolu.


Dernière édition par Elrin Coursevent le Mar 14 Oct - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Archer
Messages : 37
Date d'inscription : 04/06/2013
Localisation : Svartalfheim

Personnage
Âge: 140 ans
Métier: Herboriste
Armes: Arc & flèches / dague
MessageSujet: Re: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   Lun 13 Oct - 17:00

J'entends du raffut un peu plus loin. J'étais plongée dans un rêve où il n'y avait que noirceur et silence jusqu'à ce que des hurlements déchirent cette atmosphère. Doucement, je me réveille et observe les alentours bien que la lumière ne se fraye pas un chemin aussi facilement que si j'avais été dans les marais. Mes yeux perçants s'habituaient parfaitement à l'obscurité de même que mon ouïe était fine, c'est à cet instant que je percevais des halètements rauques. Quelqu'un s'était approché et paraissait mal en point. Je me relève doucement, m'arme de mon arc et d'une flèche, avançant à pas léger. Scrutant le moindre mouvement suspect, écoutant ces soupirs qui n'en finissaient plus. Il mourra. Un animal ? Un humain ? Je devais vérifier. Peut-être étais-je traquée suite à mon départ de Svartalfheim. Plus j'avançais et plus je restais sur mes gardes, tendant mon arc prêt à décocher une flèche. Un buisson se séparait de cette étrange respiration et puis, passant à travers j'aperçois sur le sol un centaure. On m'avait longtemps raconté des histoires d'êtres des bois dotés de quatre pattes et d'un corps à moitié humain. Je savais ces êtres mystiques dotés de paroles mais avant d'engager la conversation, je distinguais chaque partie du corps de cet homme mi-bête et regardais ce qu'il pouvait avoir en sa possession. Une étrange sacoche était sur le sol, mon regard brillait d'un éclat malsain. Je pourrais partir et le laisser pourrir au milieu de ces bois, m'emparant ainsi de ce qu'elle pouvait contenir mais, j'étais bien seule et ne savais pas comment me sortir de cette jungle. J'imaginais que si j'aidais cette âme, peut-être m'aiderait-il à retrouver le chemin. Je dépose mes affaires sur le sol et m'accroupis. Je le tâtais doucement, cherchant une quelconque entaille ou simplement savoir s'il avait dévoré une herbe empoisonnée.

Après quelques secondes d'inspection, je découvris une blessure sur la patte arrière du centaure. Je ne savais pas ce qui avait pu se passer mais il semblerait que la blessure est étée faite lors d'un combat. Un objet contondant empoisonné, probablement. Je retourne vers mon petit campement de fortune et m'empare de quelques herbes et un pilon, afin de les broyer. Je ne pouvais pas utiliser d'eau chaude ni quoi que ce soit de potable afin de mélanger au préalable mes ingrédients. Avec précipitation, je retourne auprès de cet homme avec mon petit bol en bois contenant le remède, pose sa tête sur ma jambe et lui plonge les herbes petit à petit dans la bouche. Ce n'était pas la situation la plus agréable qui soit. Bien que je ne sois pas infirmière, étant une herboriste de renom à Svartalfheim, je ne devais pas faillir. Pendant que je restais là, sans bouger à contempler cette bête mystérieuse et à la fois humaine, je jetais un coup d'oeil à sa blessure. N'ayant pas de bandage, je songeais à aller chercher quelques feuilles et utiliser un bout de liane afin de resserrer le tout. Je laisse l'homme bête se reposer, me levant et recherchant le nécessaire afin de revenir auprès de lui et admirer de plus près la plaie. Je pouvais aider la guérison en appliquant un type de plante commune se trouvant aux abords d'Ygnir, j'en avais dans mon sac en lin. Quelques minutes plus tard, je pose les quelques herbes sur la blessure et resserre avec feuilles et Liane.

Je ne pouvais pas partir maintenant, lorsqu'il se réveillera je lui laisserai le temps de reprendre ces esprits. Il me racontera ce qui s'est passé néanmoins, j'avais pris soin de prendre la sacoche tombée sur le sol et l'avais déposé discrètement dans mon sac en lin. Peut-être était-ce sans importance mais je devais avoir la confiance de ce centaure et qu'il me mène en dehors de cette jungle. Heureusement, nous étions vers midi et il faudrait nous chercher à manger avant de commencer la suite de mon périple. Le silence était oppressant, seul le souffle moins rauque du centaure me rassurait. Il est vrai que j'aimais la solitude comme parfois elle me pesait. Vivant à Svartalfheim depuis des lustres, nous avions appris à ne jamais faire confiance à quiconque par crainte de recevoir un coup de couteau dans le dos. L'argent était toujours la récompense et puis, j'aimais bien m'occuper des sales boulots. Je patientais jusqu'au réveil de l'inconnu.


Dernière édition par Eir Tinúviel le Lun 20 Oct - 0:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   Lun 20 Oct - 0:12

Tout est noir. Je n'entend plus rien mis à part le battement de mon cœur qui bat de plus en plus lentement. C'est donc ainsi que je devais finir ? Tel en devait être mon destin ? Je sens mes forces m'abandonner peu à peu. Je m'enfonce dans les abysses. Le poison est en train de suivre son court dans mon corps, me vidant un peu plus de ma force vitale à chaque instant. Je puise dans mes dernières ressources pour ne pas sombrer et adresse une dernière vaine prière. Même mon esprit semble commencer à m'échapper. C'est la fin.

Mais... Qu'est-ce ? Le poison a cesser de progresser, comme neutralisé. Mieux encore, il est endigué. Peut-être que cette prière n'aura pas été si inutile que ça après tout. Mes forces me reviennent petit à petit, accompagnées par de la fièvre et une forte douleur. Je n'arrive pas encore à ouvrir mes yeux, je dois laisser l'antidote faire effet.

Le temps passe. Quand j'arrive enfin à ouvrir les yeux, la lumière su soleil déclinant me brûle la rétine et je dois prestement mettre ma main sur mon visage. Je m'accoutume finalement à la lumière, et c'est alors que je prend conscience de mon état. Je suis allongé sur un tapis de feuilles avec un bandage à la cuisse arrière fait de lianes. Je me redresse lentement pour inspecter les environs, mais je ne vois personne. Cependant, j'aperçois une besace contenant du matériel d'alchimiste au fond d'un abri de fortune. Son propriétaire a du s'absenter. Quoi qu'il en soit, je retire mon bandage. La plaie a commencé à se refermer. Je prend donc une profonde inspiration, place une main sur la plaie et l'autre sur mon cœur. Après quelques instants passé dans cette position, je sens une douce chaleur m'envahir, et la magie opère, refermant entièrement la plaie.

C'est alors que je senti une présence derrière moi. En me retournant, je découvrit une magnifique elfe noire. Son regard laissait transparaître la méfiance. Je me devais de lui montrer ma reconnaissance. Je mis donc mon poing droit sur ma poitrine et m'inclina en avant.

Vous m'avez sauvé d'une mort certaine, je vous en suis infiniment redevable. Laissez-moi me présenter. Je me prénomme Elrin, je suis un chevalier de l'Ordre du Griffon. J'étais à la poursuite d'une bande de marauds qui avaient dérobé un artefact dangereux transporté dans une sacoche, à tout hasard, l'auriez-vous retrouvée ? Quoi qu'il en soit, je suis votre débiteur, mademoiselle... ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Archer
Messages : 37
Date d'inscription : 04/06/2013
Localisation : Svartalfheim

Personnage
Âge: 140 ans
Métier: Herboriste
Armes: Arc & flèches / dague
MessageSujet: Re: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   Lun 20 Oct - 0:49



Je m'étais absentée le temps de chercher de quoi nous nourrir, sans trop m'aventurer dans la jungle. Jetant quelques regards sur le sol, traquant une proie quelconque mais assez volumineuse pour pouvoir dévorer de la chaire. Il y avait des excréments de lapin, je m'approchais et vérifiais si elles étaient récentes. En effet, je pus donc partir à la chasse aux lapins. Avec discrétion, j'échappais aux racines et aux branches trop proches de mon visage, essayant de me frayer un chemin et aperçut un terrier. Avec rapidité, je me place devant le trou et commence à creuser afin de pouvoir les extirper. Je distinguais deux bons gros lièvres qui seraient parfaits pour un succulent repas. Prenant mon couteau de chasse, je les égorge et laisse le sang dégouliner de leur cou. Quelques minutes passèrent, j'attachais les pattes des lièvres sur une corde, retenue à mon ceinturon. Plutôt satisfaite de ne pas avoir gaspillé mes flèches pour ce butin, il me fallait retourner vers le campement de fortune et voir l'état du centaure. Lorsque j'arrivais sur les lieux, l'homme-cheval avait les yeux grands ouverts et se présenta à moi, d'une façon noble et chevaleresque. Je ne connaissais pas l'Ordre du Griffon et quelque chose me faisait penser qu'il devait appartenir à Aldaron. Il semblait bien loin de son foyer. Lorsqu'il prétendait recherché la sacoche, le fait d'évoquer le mot « dangereux » me fit frissonner. Non de peur mais de plaisir car cet objet magique devait avoir une valeur inestimable. Peut-être devrais-je revenir sur mes pas avec ce butin et le vendre à prix d'or à Svartalfheim. Quoi qu'il en soit, le centaure demanda implicitement mon nom. Sans grâce et sans vergogne, je me mets face à lui dans une position aguicheuse et lui murmure à son oreille « Eir ».

Cette rencontre allait bouleverser bien des choses, j'en concluais. De toute manière, j'avais besoin de lui pour me faire sortir d'ici. Cette sacoche était désormais en ma possession et je ne pourrais pas la lui remettre sans compensation. Le besoin de richesse était important pour moi. Mon seul objectif était de pouvoir vivre pleinement et de dégager de Svartalfheim. Là-bas, y vivient des meurtriers, des imbéciles ne pensant qu'à se battre et se venger. Pour ma part, le danger et l'aventure m'intéressent plus que n'importe quoi, moyennant argent bien entendu. Je pensais user de mes charmes afin de pouvoir me servir de cet être hybride aux yeux verts. Je lui déclarai ne pas avoir trouvé cette sacoche à ses côtés. Je rajoutais l'avoir vu évanoui au milieu de ces feuillages et qu'il était de mon devoir de le secourir. L'expression puissant comme un homme et bâtie comme un cheval prenait tout son sens. Je reprenais mes affaires d'herboristes et les plaçai dans ma sacoche, cachant au préalable l'artefact dont je ne connaissais ni la puissance, ni le pouvoir. Cependant, j'étais certaine de pouvoir m'emparer de quelque chose d'unique. Peut-être pourrais-je le revendre sur le marché noir de Malacombe. Ce serait un long voyage mais, je serai prête à faire le pas. Je montre les lapins à Elrin et commence à préparer un petit feu, creusant un peu la terre afin d'éviter que les flammes n'atteignent les buissons et branchages qui nous entouraient. Je dépeçais ces animaux puis, retirait leur peau et enfin les embrocha sur un bâton bien solide et les faisant tourner sur deux petits bouts de bois. Nous n'avions plus qu'à attendre que la nourriture soit prête afin de déguster avant de partir. C'est alors que j’engageai la conversation.

- Dîtes moi, Elrin, où comptez-vous vous rendre maintenant que votre mission est terminée ? Sachez que j'aurai besoin de votre aide. Il me faut sortir de cet endroit mais je n'ai nulle part où aller, dis-je en faisant une moue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   Mar 21 Oct - 23:13

D'un air dubitatif, je regardais l'elfe de haut en bas. Son attitude n'était pas inconvenante mais juste... désagréable. Et pourquoi penser que ma mission était terminée ? Quoi qu'il en soit, je me devais de l'aider à sortir de cette forêt vierge. Après tout ce qu'elle avait fait pour moi, c'était bien la moindre des choses.

- Vous n'étiez pas obligée d'en faire autant juste pour me demander cela, dis-je après un long soupire. Je vous aiderai à trouver votre chemin, et je n'ai qu'une parole. Cependant, n'allez pas croire que ma mission est terminée. Je dois impérativement retrouver cet artefact. Il en va de mon honneur sans compter que s'il n'était pas récupéré et maîtrisé, il pourrait mettre en danger des centaines, que dis-je... des milliers d'innocents. Je comprends que vous souhaitiez partir d'ici au plus vite, mais ma mission restera prioritaire, trop de vies sont en jeu. Vous n'aurez qu'à rester avec moi pendant ce temps, puis je vous escorterai hors de cette jungle.

Tandis que nous mangions les lapins fraîchement préparés, non sans mal pour ma part, la nuit tomba peu à peu, s'illuminant de milliers d'étoiles scintillantes malheureusement masqués par le dense feuillage des arbres. Les bruits des animaux se turent l'histoire d'un instant, laissant place au chant des insectes attirés par la lumière du feu. Alors que j'essayais d'élaborer un plan de recherche pour retrouver la sacoche, un bruit discret sortit de l'abri de fortune, tel un murmure. Je fis taire le court de mes pensées pour me concentrer sur ce que j'entendais. Cela ressemblait à une voix, à la fois rauque et grave, qui parlait une langue gutturale. Cependant, elle paraissait étouffée, comme si elle était ensevelie. Je devais en avoir le cœur net. Je dégainais mon épée en m'approchant doucement de la tente. L'adrénaline commença à monter en moi, décuplant ainsi mes sens. De ma main libre, je faisait signe à Eir de rester en retrait tout en étalant ses affaires de la pointe de mon épée. C'est ainsi que je découvris la source de ces murmures. L'artefact maudit s'était mis à suinter du sang, comme chaque nuit, à la différence que cette fois-ci, une voix s'y était mêlé en plus des plus grandes quantités de ce liquide rougeâtre qui s'en échappait.

- Que comptiez-vous en faire... dis-je à l'elfe d'un ton grave sans quitter l'objet des yeux. Je ne pense pas que vous sachiez de quoi il en retourne, sinon vous seriez partie avec sans me porter assistance. Mais assez parlé, je dois tenter de canaliser son énergie avant qu'il ne...

Je n'eu même pas le temps de terminer ma phrase. La flaque de sang qui s'était créée s'illumina d'une lumière anormalement sombre. Un être difforme en sorti. C'était un démon de taille humaine. Sa peau était aussi noire que la nuit bien qu'elle soit parcourue par des lignes enflammées, tel des vaisseaux irriguant son corps. Ses bras et ses jambes étaient munies de longues griffes d'où suait un liquide noir et épais. Il était transpercé à de multiples endroits par de longues lames rouillées ensanglantées. Son visage, quant à lui, grouillait de lacérations contenant asticots et vers en tout genre. Le démon me fixa de son regard sombre et dessina un sourire révélant ainsi ses innombrables crocs. Il incarnait la terreur et le chaos à lui seul, et c'est ce qu'il répandrait si je ne l'arrêtait pas. J'empoignais prestement mon bouclier et me mis en position de combat.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Archer
Messages : 37
Date d'inscription : 04/06/2013
Localisation : Svartalfheim

Personnage
Âge: 140 ans
Métier: Herboriste
Armes: Arc & flèches / dague
MessageSujet: Re: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   Sam 25 Oct - 15:39



Comment aurais-je pu deviner que cet artefact contenait un démon mineur ? Certes, il aurait eu une énorme valeur à Svartalfheim et j'aurais pu tirer un énorme bénéfice. Néanmoins, nous nous retrouvions dans une position délicate. Elrin l'avait pressenti, de même qu'il avait haussé le ton ce qui me refroidit. Je n'aimais pas recevoir des ordres ou encore moins me faire remettre en place. Le mystérieux hybride pouvait canaliser cette pierre mais il était trop tard. Il y avait une odeur de pestilence et les crocs de la vermine n'attendaient qu'une chose, un succulent repas. Tandis que l'homme-cheval se tenait en position de combat armé d'une épée et d'un bouclier, j'aurais préféré en profiter pour partir d'ici. Cependant, même si je le laissais en arrière, le démon pourrait me rattraper et m'en faire baver. Nous devions faire en sorte de le remettre dans cette pierre ou alors tenter de le tuer. À l'époque de ma tendre jeunesse, Mère me contait plusieurs récits dont ceux parlant des démons ayant envahi la terre jadis. C'est bien dommage que je ne me rappelle plus de la fin, à savoir comment s'y prendre pour détruire un être démoniaque. Les yeux de la bête et son corps rayonnant par endroits comme des filets de lave, je l'observais avec des yeux ronds. Il n'était pas forcément beau mais, la chose vivante et à moitié pourri dégageait une aura sinistre qui me rappelait l'esprit de Svartalfheim. Jamais je n'aurais pensé que nous nous retrouverions dans une telle situation et Elrin était la seule et unique personne capable de me faire sortir de la jungle. Il ne devait pas mourir alors, je devais l'accompagner dans ce combat. Prenant d'un geste rapide mon arc et une flèche de mon carquois, je me mets à bander la ficelle et y place mon arme à la pointe aiguisée. L'atmosphère était tendue et il paraissait couler une éternité avant que quiconque ne fasse un geste. Les êtres démoniaques sont redoutables et doués de paroles et de sagesse. Il ne fallait pas surestimer son adversaire

- Êtres mortels... vous m'avez laissé trop longtemps à l'intérieur de cette prison. Je suis libre. Vos regards me disent que vous me craignez. Allez-y ! Venez vous sacrifiez. Vous n'aurez aucune chance contre le chaos.

La chose noire et répugnante était vraisemblablement sérieuse et nous incitait à venir se confronter à lui, d'un regard moqueur. Il esquissait presque un sourire bien que les dents noircies ainsi qu'une haleine de mort nous arrivent aux narines. Je venais de commettre une erreur mais, comment aurai-je pu le savoir ? On ne nous à jamais apprit à demander avant de voler quoi que ce soit. Sans l'ombre d'un regard au centaure, je me mets à décocher une flèche qui part se ficher dans l'épaule du misérable. Un rire à donner froid dans le dos, résonnant dans cette forêt dense et lugubre. Le démon semblait rendre l'espace plus sombre, plus froid et il n'y avait plus aucun bruit. Les oiseaux s'étaient tus, le bruit du vent n'existait plus. Il n'y avait rien, seules deux âmes et un être prêt à nous déchiqueter. Je n'étais pas à l'aise et c'était bien la première fois. Lorsque j'étais avec Aestatis avec cet ours garou, ce fut la bête la plus incroyable et la plus ardue à battre. Aujourd'hui, ce monstre figurerait dans le top des monstres que j'ai pu affronter. J'espérais pouvoir vivre encore longtemps mais à ce moment précis où le regard de l'immondice croisa le mien, aucun espoir effleura mon esprit. J'avais cette impression de me sentir face aux limbes, à un pas de fouler l'incontournable. La bête retira la flèche de son corps et la cassa d'une main. Heureusement qu'il ne s'agissait que d'un démon mineur... D'une voix plaintive, sans détourner mes yeux de l'être porteur de chaos, je m'exclame envers Elrin :

- Qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire?

Il avait entendu et de sa voix caverneuse se mit à rire si fort qu'on aurait l'impression qu'un séisme ébranlait le sol sous nos pieds. Mais il ne souriait plus et il changea de direction avec rapidité jusqu'à se trouver aux côtés de l'homme bête. Frappant d'un revers de main puissant le flanc du torse d'Elrin. Il faisait trop sombre pour que je puisse décocher une flèche et ma cible bougeait bien trop rapidement. Je devais en venir au couteau. J'installe mon arc derrière mon dos ainsi que mon carquois et m'empresse de sortir l'arme de ma botte, courant jusqu'à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mésaventures ft. Elrin Cousevent   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mésaventures ft. Elrin Cousevent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aventures et mésaventures d'un barde en ville [Achevé]
» Entre alcool et mésaventures... [ PV Pénombre Craft ]
» Mésaventures en Enedwaith
» Mésaventures en forêt ~ Eden'El et Ciryon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belium :: Hors Jeu :: Archives :: Rps Archivés-