AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | .
 

 Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
MessageSujet: Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]   Mer 23 Juil - 19:40



I. LE PERSONNAGE.


• NOM : Kolas
• PRÉNOM : Leoran
• GENRE : Homme
• ÂGE : 23 ans
• RACE : Humain
• CLASSE & MÉTIER : Voleur. Bien que le terme de "voleur" soit plutôt péjoratif, alors qu'il se contente d'aider ceux qui le demandent, en leur fournissant des informations. Vous l'aurez compris, vous avez affaire à un voleur d'informations, un informateur, un enquêteur, un détective. Bref, choisissez le nom que vous voulez, mais il a une petite préférence pour "enquêteur".
• MAGIE OU TECHNOLOGIE : Tant que ça peut lui sauver la vie, les deux se valent, pour lui.
• STATUT MARITAL : Célibataire, malgré l'acharnement de certaines de ces dames.
• SITUATION FINANCIÈRE : Disons que gérer sa propre "entreprise" permet d'avoir déjà un petit pactole. Et puis, certaines personnes sont prêtes à payer très cher pour des informations. Le problème, c'est que sa situation financière dépend finalement du moment où vous voulez le savoir : avant de recevoir une demande, il n'est ni riche, ni pauvre. Juste après son enquête, généralement, il a riche. Et quelques heures après, l'entretien de son réseau d'informations a englouti presque tout. Enfin, si vous voulez que je résume tout ça, on peut dire simplement que sa situation financière est... légèrement plus faible que ce qu'il faudrait.
• ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel.
• AVATAR : Une partie d'un dessin de ZerA Imperan Intrigue (c'est le pseudo de l'artiste)


II. LES DESCRIPTIONS.


MORALE
Leoran… Soyons clair dès le début : si vous n’avez aucun humour, et que vous êtes du genre calme, posé, discret, silencieux, vous n’allez pas vraiment l’apprécier. Pourquoi ? Hé bien, parce que le premier trait de caractère que l’on remarque chez lui, c’est son espièglerie apparente. Il semble toujours de bonne humeur, riant à gorge déployé, et ne prenant presque rien au sérieux. Par contre, c’est le compagnon idéal pour mettre l’ambiance dans un bar, même si par moment il semble être assez dur à supporter.

Et une autre manifestation de son côté festif est son goût (et son talent !) pour les déguisements. Il est très rare que vous le voyiez sous son apparence normale, si jamais vous le voyez, d’ailleurs. Mais bon, il est vrai que c’est assez utile pour lui de savoir se déguiser, que ce soit pour son métier, ou… tout simplement pour sauver sa peau. Parce que oui, souvent, il se met en danger. En même temps, si vous rajoutez à son espièglerie parfois agaçante une curiosité à toute épreuve, qui ne le fait reculer devant rien pour apprendre une nouvelle information, vous comprenez que c’est logique qu’il aie tendance à s’attirer des ennuis.

Enfin, vous vous souvenez que je vous ai dit qu’il est doué pour se déguiser ? Hé bien vous n’imaginez même pas à quel point, puisque la moitié de ce que vous venez de lire est fausse. Enfin, disons plutôt qu’elle ne concerne que les apparences. Oui, Leor fait semblant de toujours être espiègle et boute-en-train. Même s’il lui arrive en effet de l’être, comme lorsqu’il se déguise, et dans ces cas-là, on peut vraiment dire de lui que c’est un grand enfant, en vérité, il est plutôt quelqu’un de déterminé. Il fera tout pour atteindre les objectifs qu’il se fixe. Notamment trouver l’information demandée par le client. Oui, même si son espièglerie n’est pas totalement feinte, Leor est quelqu’un de sérieux et d’honnête. Enfin, honnête… Façon de parler, puisqu’on ne sait que rarement ce qu’il pense vraiment. Mais disons qu’il respecte ses engagements, et qu’il a de l’honneur.
Mais même s’il a de l’honneur, il n’est pas pour autant prêt à se sacrifier pour des inconnus. Il préférera toujours que ça soit les autres plutôt que lui. Vraiment ? Oui, enfin, c’est ce qu’il dit. Mais malgré tout, il préférera quand même aider. Il ne sera pas le premier à s’enfuir. Mais bon, méfiez-vous quand même de lui, parce qu’il est légèrement manipulateur sur les bords. Après tout, il recherche des informations avant tout, même si, pour lui, ce n’est qu’un outil, contrairement à ce qu’on dit, vous savez « L’information, c’est le pouvoir ». Non, c’est juste un outil, qui lui permet d’atteindre son véritable objectif… Bien qu’il reste très flou pour lui-même.

Ah, une dernière chose ! Parfois, vous le verrez tel qu’il est réellement, et pas sous son jour espiègle. Cela peut arriver lorsqu’il se retrouve dans une situation dangereuse, mais surtout, lorsqu’il a une espèce de vision. Car, malgré le fait qu’il ait une excellente mémoire, très utile pour son métier, il est une chose dont il ne peut se souvenir : son passé durant ses onze premières années. Il est persuadé que ces visions qui l’assaillent parfois sont la clé de ce passé oublié, mais aussi son véritable objectif : les déchiffrer, les comprendre, et surtout, remplir une promesse, dont il n’arrive pas à se souvenir. Lorsqu’il a ses visions, vous pourrez voir qu’il souffre, puisque c’est le seul moment où il n’arrive pas vraiment à se contrôler.

Enfin, je suppose que vous l’aurez compris, Leoran est quelqu’un de finalement assez insaisissable, qui nous glisse entre les doigts comme une anguille. Mais c’est justement ce qu’il veut. Après tout, si les gens se souviennent d’une personne espiègle, le visage est beaucoup moins facilement retenu. Certaines personnes se cachent en restant discrètes. Leoran, lui, se cache en étant visible.

C’est d’ailleurs pour ça que peu de personnes connaissent le visage de l’enquêteur, même si son nom commence à se faire connaître… Et, selon lui, c’est tant mieux !


PHYSIQUE
Encore vous ? Pfff… Je commence vraiment à en avoir marre des aveugles. Bon, vous voulez que je vous décrive qui, cette fois-ci ? Leoran ? Bon, OK. Mais c’est bien parce que c’est vous. Bon, par où est-ce que je peux commencer ?..

Je sais ! Vous imaginez le gros baraqué bien viril, là, juste en face ? Hé bien, vous voyez le contraire exact de Leoran. Enfin, pas tout à fait exact, parce que c’est quand même un homme, mais c’est le seul point commun. Le jeune homme, s’il n’est pas pour autant rachitique, n’est pas le plus grand du monde, loin de là ! Mesurant à peine 1m78, on peut dire de lui qu’il se situe dans la moyenne. Ajoutez donc à cela sa carrure mince, même s’il n’est pas dénué de muscles, ceux-ci sont très faiblement marqués, faisant de lui un combattant beaucoup plus axé sur la vitesse et l’agilité que la force brute.

De plus, son air juvénile, ainsi que son visage relativement androgyne, rajoutent à l’impression de… fragilité, on peut dire ça comme ça, qu’il dégage. Mais ne vous y trompez pas ! Ce n’est pas parce qu’il n’est pas le représentant du culturisme et de la force brute qu’il faut le sous-estimer. S’il n’est pas très fort, il est pourtant très agile. Et surtout, n’oubliez pas que même s’il est « d’informations », il est un voleur…

J’ai déjà mentionné qu’il avait un visage plutôt androgyne. Et c’est vrai ! C’est pour cela qu’il lui est si facile de se faire passer pour une fille : au niveau du physique, il n’a guère d’efforts à faire. Mais ce n’est pas qu’un atout pour se déguiser. Enfin… Je crois que ce n’est pas vraiment un atout, en fait. Car son visage fin et bien dessiné, à la peau un peu plus pâle que la normale et aux yeux bleus, surmonté de cheveux ébouriffés d’un blond presque blanc a tendance à attirer la gent féminine. Bien entendu, ce pourrait être un atout. Mais quand on veut être discret, on préfère quand même éviter ce genre de publicité… Une seule chose vient gâcher ce « parfait visage » (enfin, pas selon ses propres dires), c’est une cicatrice qui se trouve au dessus de son œil droit, mais qu’il dissimule généralement sous ses cheveux.

Enfin, passons à son style vestimentaire. Comme il a tendance à privilégier la vitesse, il porte des habits légers, notamment un haut en tissu, surmonté d’une veste à manches longues en cuir qui peut en même temps lui servir d’armure légère. Il est possible de remarquer sur sa main droite un gant mitaine légère, presque de couleur chair. Quand vous l’interrogez à ce propos, il vous répond qu’il s’agit de dissimuler une brûlure à son poignet. C’est certes en partie vrai, mais ce gant est surtout là car c’est un accessoire magique lui permettant de multiplier l’acuité de ses cinq sens par 1.2. Il a donc un sens du toucher, du goût, de l’odorat plus prononcé, tout en voyant mieux et plus loin et en entendant mieux que la plupart des êtres humains. Enfin, sur sa tête, il porte une casquette, elle-aussi en cuir, donc la visière est amovible.

Voilà, je crois que là, ça suffit pour la description physique de Leoran, maintenant, fichu aveugle, fichez-moi la paix, j’aimerais dormir. MERCI !


III. L'HISTOIRE.





Paix. Bonheur. Innocence.
Grand-Frère, joue avec moi !


L’homme marchait dans la neige hivernale. Il voulait rentrer avant que la prochaine tempête ne se déclenche. C’était plus prudent. Sans doute ne saurait-il jamais ce qui l’avait poussé à sortir à ce moment précis. Peut-être ce fameux sixième sens qui l’avait bien aidé avant qu’il ne décide de se retirer du monde. Ou bien peut-être des forces surnaturelles étaient-elles à l’œuvre ce jour-là, pour permettre la réalisation de ces évènements. Il ne peut plus guère nous le dire, à l’heure actuelle.

Toujours est-il qu’il décida, à ce moment-là, de dévier de son chemin, poussé par son instinct. Au lieu de tourner à gauche à l’embranchement, il tourna à droite. C’est assez passionnant de voir à quel point une simple décision anodine peut tout changer dans notre vie. C’était ici le cas. En tournant à droite, il se dirigea vers une toute nouvelle vie.

Il savait que ce chemin l’amenait aussi chez lui. Donc le détour n’était guère important. Mais ce qu’il vit le cloua sur place. Des arbres noircis, brûlés. Des débris d’une maison qui se trouvait autrefois là, et dont il ne restait désormais plus rien, si ce n’étaient les traces d’une grande explosion. Du sang. Quelques vagues empreintes.

Il n’eut guère le temps de se demander ce qu’il s’était produit, car il entendit alors un léger gémissement, que peu auraient pu distinguer. Il vit alors un jeune garçon aux cheveux blancs sous les quelques décombres encore présents. Il se précipita vers lui et s’aperçut qu’il vivait encore, ce qui le poussa à se précipiter pour enlever les morceaux brûlés de ruine. Il semblait murmurer un mot, sans cesse. « Zia ». Mais quand l’homme le sortit des décombres, il s’évanouit et sombra dans un profond coma. (1 : 18)

Grand-Frère, joue avec moi !
Zia, laisse Leoran un peu tranquille, il vient juste de rentrer, voyons !
Mais maman…
Joie. Paix. Innocence. Bonheur. Famille. Rires

Des bruits sourds retentissent soudain, interrompant le jeu des enfants. Les parents, intrigués mais pas inquiets, tournent la tête vers la porte, qui explose soudain en mille morceaux. Dans l’embrasure, trois grandes silhouettes. Le père se lève, paniqué, tandis que la mère enveloppe ses enfants dans ses bras dans un geste protecteur. Zia, la petite-sœur, pousse un hurlement de terreur lorsque le père s’effondre, lorsque le parquet se teinte de rouge tandis que le soleil se reflète sur la lame à nu. Le tueur enjambe le corps comme s’il n’existait pas. Comme s’il n’avait jamais existé. Un sourire mauvais fend son visage.

Comme il n’a jamais voulu payer sa dette, il l’a payé de sa vie. Hélas, les intérêts sont trop importants. Quel dommage qu’ils ne le soient pas assez pour que je puisse prendre les deux. Alors choisis, traînée, lequel va mourir et lequel va vivre avec nous?

La mère secoue la tête, effrayée. Elle ne peut plus parler, tant elle a peur. Mais elle resserre ses bras autour de ses enfants. Et son attitude est claire. Elle ne compte en laisser partir aucun. Quitte à en mourir. Sa résolution se lit sur son visage lorsqu’elle relève la tête. L’autre secoue la tête, tout en souriant, puis finit par hausser les épaules. Il fait un signe à son acolyte.

Quel dommage, vraiment ! C’est du gâchis, tu aurais pu continuer à vivre. Mais bon, c’est toi qui l’a voulu…
Tue-la !

Son comparse s’avance légèrement et sort un pistolet. Sur sa main, le garçon voit un tatouage. Il écarquille les yeux. Il a juste le temps de penser qu’il ne faut pas que Zia voit ce qui va suivre que déjà retentit la détonation, avant de sentir le corps de sa mère s’effondrer. Il sent les larmes couler le long de ses joues, mais il n’essaie pas de les enlever. Il ne peut plus bouger. Tout cela n’a aucun sens, ce ne peut être qu’un cauchemar.

Celui qui semble être le chef donne un coup de pied dans le corps sans vie de la mère, toujours souriant.

Bon, elle se mettra plus dans nos pattes, celle-là. Allez, on embarque la fille. Le garçon… peut mourir, puisqu’il n’est qu’un lâche !
Ses hommes se saisissent de Zia, qui hurle.
Grand-Frère !
ZIIIAAAAAAA !
Il recommence à réagir. Ce n’est pas un rêve. Mais ils ne doivent pas lui prendre sa sœur. Il se met devant elle, pour la protéger. Le chef abat négligemment son épée, alors que le jeune garçon lève la main droite dans un réflexe idiot pour parer. La morsure de la lame, qui fouette sa peau à deux endroits, l’assomme. Il commence à sombrer dans les ténèbres, il entend le cri de sa sœur, mais il ne peut rien faire, dans les ténèbres…
(2 : 20)

- C’est moi, je suis rentré.

Le jeune homme s’arrêta un instant sur le seuil, savourant le fait d’être de retour. Pourtant, quelque chose lui semblait étrange. Il avait l’impression qu’il manquait quelque chose. Alors, il tourna la tête et vit, couché, le corps de celui qui l’avait élevé pendant dix années. Son dos se glaça. Il pensait qu’il y avait peut-être encore un espoir, mais celui-ci s’envola lorsqu’il vit l’enveloppe sur la table. Il savait que ce qu’il voyait, c’était le testament de l’homme. Lentement, il ouvrit l’enveloppe, en sortit le papier qu’il y avait à l’intérieur et le déplia. Les larmes commencèrent à couler, mais il ne les arrêta pas. (2 : 43)

Lorsqu’il eut fini, il replia la lettre, prit un objet dans un tiroir, puis sortit en fermant la porte. Il plaça ensuite quelques fagots autour de la maison, puis activa un briquet à silex. La première étincelle se répandit assez rapidement, et le bois, sec, commença bien vite à flamber. Alors, tandis que la maison où il avait grandi depuis ses onze ans brûlait, il se retourna et, toujours en pleurant, s’éloigna en courant, de plus en plus vite, dans l’espoir de se perdre dans la course.

Mon cher Leoran.

Quand tu liras cette lettre, cela signifieras que je serais mort. Ne sois pas triste, au moment où j’écris cette lettre, je sais que je suis atteint d’une maladie incurable. Mais je suppose que même si je te dis de ne pas être triste, tu le seras tout de même. Je te connais, après tout ! Mais ne t’en fais pas, je suis parti paisiblement, en sachant que tu m’aimais. Et, même si tu n’étais pas mon fils biologique, je t’ai moi aussi aimé, car tel est ce que tu es pour moi : un fils, le fils que je n’ai jamais eu. J’ai été heureux de t’élever, mon fils, même si ce bonheur, finalement, a commencé sur le malheur d’autrui. Quand je t’ai trouvé, j’ignore combien de temps s’était produit depuis cet accident dont tu as perdu tout souvenir. Tu ne te souvenais que de ton prénom. Mais finalement, j’ose espérer que j’ai réussi à compenser ce que tu avais perdu.

J’aimerais que tu brûles mon corps, et la maison avec. J’ai eu de trop nombreux secrets dans ma vie pour que ma mort les laisse disponibles. Donc, si tu m’as aimé comme un père, bien que tu ne m’aies jamais appelé ainsi, je t’en prie, brûle la maison. Mais avant de le faire, ouvre le tiroir de la commode. Tu y trouveras deux choses : un peu d’argent, pour te permettre de démarrer une nouvelle vie, peut-être dans la capitale, qui sait, puisque tu es désormais libre d’agir à ta guise. La deuxième chose est une mitaine, couleur chair. Elle possède la faculté magique d’augmenter tes sens. Avec, tu verras mieux et plus loin, tu entendras mieux, tes sens du toucher, du goût et de l’odorat seront plus développés que ceux des autres humaines. J’ose espérer que ça te sera utile. Je te le lègue.

Mon garçon, non, mon fils, je suppose que tu vas vouloir retrouver des traces de ton passé, même si tu n’en as jamais exprimé le désir. Encore une fois, je te connais sans doute trop bien. Dans ce cas, laisse-moi te donner quelques conseils. Tu es libre de faire ce que tu désires, mais si ton passé t’intéresse, tu devrais t’intéresser à ces étranges visions que tu as parfois. Tu es assez obstiné pour pouvoir, à force, repérer un détail qui t’aidera. Mais je vais juste te dire quelque chose : quand je t’ai trouvé, tu n’arrêtais de répéter « Zia ». J’ignore ce que ça signifie, mais je pense que voici ton premier indice. Mais, quoi que tu veuilles faire, essaie de garder ton calme. Tu es quelqu’un d’intelligent, et ta mémoire te servira. Mais n’oublies jamais de rester fidèle à toi-même.

Tous mes vœux t’accompagnent. Puisses-tu vivre une longue vie heureuse.
Ton père qui t’aime,
Archibald Kolas.


Tarance, quelques semaines plus tard.

- Je peux vous aider, jeune homme ?
- Oui, j’aimerais acheter un local.

Deux ans plus tard.

Vous arriver devant la maison que l’on vous a conseillée. Sur le panneau, vous pouvez lire « Leoran Kolas, enquêteur ». Vous frappez à la porte.


IV. LES CARACTÉRISTIQUES.


FORCE :
CONSTITUTION :
DEXTÉRITÉ :
INTELLIGENCE :
SAGESSE :   ( )
CHARISME:


V. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PSEUDO ? Leoran, ou Adnihilis
QUEL ÂGE ? 20 ans
COMMENT TU ES VENU ICI? Grâce à une pub sur FB, je crois
TES IMPRESSIONS ? Le forum a l'air sympa. En tout cas, j'ai eu une espèce de coup de cœur ^^
TU CONNAIS LE CODE ?
Spoiler:
 




Dernière édition par Leoran Kolas le Ven 25 Juil - 18:19, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FONDATEUR
Messages : 169
Date d'inscription : 06/05/2013

Personnage
Âge: Immortel
Métier: Maître du monde
Armes: Mon immortalité
MessageSujet: Re: Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]   Mer 23 Juil - 19:52

Salutation et bienvenue sur Belium ! J'ai validé ton code, il ne restera plus que les parties à développer. J'ai hâte de voir ce que donnera ton personnage ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]   Mer 23 Juil - 22:19

Bonsoir !

Bienvenue sur Belium jeune homme/femme/être hybride non identifié Very Happy !
On espère bien sûre que tu te plairas ici, et je me demande bien quel va être ce personnage aux beaux yeux bleus si mystérieux. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]   Ven 25 Juil - 18:21

Merci pour l'accueil ! ^^
Livica : Leor et moi sommes tous deux des hommes xD

Sinon, la fiche est terminée, normalement ^^ (Par contre, dans l'histoire, part moment, il y a des timecode. Il faut essayer de coller la lecture avec la musique de façon à être aux timecode au bon moment, pour l'immersion ^^)

Bonne lecture Smile
Revenir en haut Aller en bas
avatar
FONDATEUR
Messages : 169
Date d'inscription : 06/05/2013

Personnage
Âge: Immortel
Métier: Maître du monde
Armes: Mon immortalité
MessageSujet: Re: Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]   Ven 25 Juil - 19:46

L'histoire m'a beaucoup plu. On va dire que ça change de ce que l'on voit d'habitude ! Un mystère plane Smile Tout est complet et c'est avec grand plaisir que je te valide !


VALIDATION



N'oublie pas de générer ta fiche de personnage dans l'onglet profil et de mettre un lien dans ta signature vers cette fiche de présentation.

Tu peux aussi passer par ICI si tu te sens l'âme d'un marchand. Il y a aussi le carnet de bord où tu pourras créer une fiche ICI. Sans oublier de lister ton avatar ICI.

Si tu ne sais pas quoi faire désormais, n'hésite pas à faire une demande de Rp ICI.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Is information the power ? No, just a tool. Leoran Kolas [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Serons-nous des exclus de la Société de l'Information ?
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» Honduras : la victoire du « Smart Power » par Eva Golinger
» Conversion de Power Fist pour gardes impériaux
» Information journalistique ou propagande éléctorale?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Belium :: Hors Jeu :: Archives :: Les fiches-